Une agence, pour une meilleure santé

Accompagner les personnes en situation de fragilité

Actualité
La santé de demain commence aujourd'hui
Date de publication
Visuel
Mains d'une personne âgée
Crédit : Fotolia
Notre système de santé doit être mesure d'offrir à chacun de nous un accompagnement dans nos parcours de santé tout au long de notre vie, et quelque soit les situations : vulnérabilité sociale ou psychologique, maladie ou aidants d'un malade... C'est pourquoi, de nombreuses actions sont mises en place en région construire une offre de santé adaptée à tous.
Corps de texte

AU SOMMAIRE

Prise en charge des personnes handicapées : zéro sans solution ou la réponse accompagnée pour tous

Réponse accompagnée pour tous

La loi renforce les obligations de prises en charge des personnes en situation de handicap. Les Alpes-de-Haute-Provence sont un département pionnier dans la mise en œuvre de la nouvelle dynamique visant à fédérer tous les acteurs pour trouver des solutions individuelles. Une démarche coordonnée par la Maison départementale des personnes handicapées (MDPH).

C’était en 2013. Amélie Loquet, une jeune femme handicapée de 19 ans dont l’état de santé nécessite une surveillance constante, avait dû retourner vivre chez ses parents, faute d’établissement pouvant l’accueillir.

Ses parents avaient attaqué l’administration au nom du « droit à la vie ». Le tribunal de Pontoise avait ordonné à l’Etat de « prendre toutes dispositions » pour trouver une place à Amélie Loquet. Ce qui fût fait. Cette affaire a fait jurisprudence. Denis Piveteau, conseiller d’Etat en charge du handicap, a publié le 10 juin 2014 le rapport « zéro sans solution » mettant en avant le devoir collectif de permettre un parcours de vie sans rupture aux personnes en situation de handicap.

Construire des prises en charge innovantes

Sur l’impulsion conjointe du Conseil départemental et de l’ARS, les Alpes-de-Haute-Provence sont devenues un département pilote. « Ce projet est avant tout un état d’esprit. En France, il existe de nombreux dispositifs mais ceux-ci ne savent pas toujours se parler entre eux, se compléter. Désormais, nous n’avons plus le droit de dire : nous ne pouvons rien faire » commente Mélanie Brovelli, la directrice de la MDPH qui porte la démarche.

« La MDPH a désormais la légitimité de mettre autour de la table tous les acteurs concernés, avec la famille au centre, et de leur dire que nous ne sortirons de la salle qu’une fois qu’une solution aura été trouvée. Comme les établissements sont saturés, nous devons tout construire. Ainsi, un jeune peut être accueilli une journée par semaine dans une structure d’hébergement et une autre dans un établissement scolaire avec un éducateur dédié. Ce mode de fonctionnement apprend aux secteurs sanitaires et médico-social à travailler de concert. Les financeurs tels que l’ARS, le Conseil départemental, la Caisse d’allocations familiales… nous soutiennent en acceptant de tester des organisations innovantes ».

Grâce à cette dynamique nouvelle, une trentaine de personnes handicapées, essentiellement des jeunes, a pu bénéficier d’une prise en charge adaptée à leurs besoins. Ce n’est qu’un début.

L’expérience acquise par le département des Alpes-de-Haute-Provence s’avérera utile pour le reste de la région. La loi prévoit en effet que la démarche « zéro solution » portée par les MDPH devra être déployée dans toute la France à compter du 1er janvier 2018.

Aide aux aidants : une plateforme pour accompagner et soutenir

Aide aux aidants

En France, 8,3 millions de personnes aident un proche malade, handicapé, âgé ou fragilisé. En Paca, on compte chaque année plus de 30 000 aidants nouveaux. Un investissement humain qui engendre souvent une surcharge d’activité et une grande fatigue. Dans les Hautes-Alpes, la plateforme Edith Seltzer accompagne et soutient les aidants.

Maryse a 48 ans. Lorsqu’elle quitte son travail d’attachée commerciale, elle se rend chez son père. Agé de 87 ans, le vieil homme a des difficultés à se débrouiller seul depuis le décès de son épouse. Alors Maryse fait ses courses, lui prépare ses repas. A son retour à la maison, elle doit encore superviser les devoirs de ses adolescents, faire à manger… Maryse est éreintée. Comme Maryse, plus de 17 000 habitants des Hautes-Alpes accompagnent, au quotidien, un de leurs proches.

« Beaucoup d’aidants se sentent surchargés en permanence. Ils ont du mal à prendre du recul. Pourtant, il est nécessaire que l’aidant prenne soin de lui pour être en mesure de prendre soin des autres. Sinon, il risque l’épuisement, voire une forme de burn-out. Nous sommes là pour les aider à y parvenir » souligne Martine Lagouvardos, la chef de service de la plateforme Seltzer des Aidants.

Depuis 2012, cette plateforme de répit propose aux aidants un accompagnement individuel, un soutien psychologique, des séances de formation et des cafés des aidants, qui permettent à chacun de s’exprimer.

Sur Briançon, l’accueil de jour propose dix places à des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer ou de pathologies similaires. Un répit à domicile peut également être organisé pour permettre à l’aidant de se libérer plusieurs heures. « C’est parfois suffisant pour éviter une hospitalisation ».

Trois coordinatrices et trente relais des aidants

La plateforme des aidants, qui dispose de trois coordinatrices, est déployée sur tout le territoire des Hautes-Alpes. « Nous nous appuyons sur un réseau de trente « relais des aidants », services d’aide à domicile partenaires. Les professionnels sont formés pour identifier les aidants en difficulté. Beaucoup n’osent pas se plaindre et ne se rendent même pas compte qu’ils vont mal. La force de ce réseau de proximité est un des points forts de la plateforme. »

La plateforme des aidants est soutenue par l’ARS. « Au-delà de l’aide financière, l’ARS nous a aussi aidé à mettre en place une structure innovante, adaptée aux besoins de notre territoire » commente Martine Lagouvardos. En 2016, 286 aidants ont bénéficié de l’accompagnement de la plateforme Seltzer.

Prise en charge des personnes psychotiques

A Orange, l’établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) de Raoul Rose a mène depuis un an et demi une action expérimentale sur l’accompagnement de personnes atteintes de pathologies psychiatriques.

L’objectif ? « Proposer une prise en charge adaptée à ces patients qui, arrivés au moment de la retraite, ne savent pas toujours bien comment s’orienter », comme l’explique Michèle Geli, directrice de l’établissement. Pour ce faire, l’établissement s’est doté d’une équipe spécifiquement dédiée composée : « d’une infirmière qui prend en charge les traitements médicamenteux, d’une aide médico-psychologique, consacré à la toilette et à l’habillement, pour que le patient puisse conserver une bonne estime de lui-même, et d’une éducatrice spécialisée qui travaille au quotidien avec les patients, sur la mise en place d’activités ».

Une fois par an, l’éducatrice spécialisée organise un séjour à l’extérieur, avec l’infirmière, pour six résidents : « l’année dernière ils sont allés dans un gite en Lozère. Le but est qu’ils partagent tout, qu’ils préparent ensemble le repas, etc. ».

EXCLU WEB - Le programme "Bien vieillir" en région Paca

Afin de prévenir les risques auxquels les personnes vieillissantes sont confrontées (les chutes, les troubles de la mémoire, l’ostéoporose, la malnutrition et la dénutrition, la santé bucco-dentaire, l’iatrogénie médicamenteuse, les addictions, la dépression et le suicide), l’ARS Paca cible des actions en prévention et promotion de la santé spécifiques à leurs besoins.

Depuis 4 ans, l’ARS Paca s’adresse aux personnes de plus 55 ans grâce au programme de prévention du vieillissement porté par l’Association de santé, d’éducation et de prévention sur les territoires (Asept) Paca. Elles bénéficient d’ateliers collectifs au sein des centres communaux d’action sociale (CCAS), des associations de seniors, des pôles info seniors, des ateliers santé-ville, ou des clubs du 3ème âge, etc. Organisés tout au long de l’année, ils permettent de sensibiliser chaque année plus de 2500  personnes sur les principales problématiques liées au vieillissement.

EXCLU WEB - Sexualité et personnes en situation de handicap

Parce que de nombreuses études mettent en évidence la nécessité de répondre aux besoins spécifiques des personnes handicapées, l’ARS Paca développe l’offre de prévention pour garantir le droit à la santé et à l’autonomie de cette population.

Elle déploie notamment un programme d’éducation à la sexualité, contraception et prévention des infections sexuellement transmissibles auprès des personnes adultes et adolescents en situation de handicap vivant ou accueillis en établissements.

Le dépistage des personnes en situation de handicap est important. Le programme d’action, porté par le réseau Cres/Codes, les y incite grâce à des séances d’informations, des groupes de paroles et de séances de théâtre interactif. Des journées de formation à destination des professionnels, des familles et des aidants, des groupes de paroles sont également proposées. Ces actions sont organisées au sein des établissements accueillant ces publics.

EXCLU WEB - Agir en amont des hospitalisations et préserver l’autonomie : l’expérimentation du programme personnes âgées en risque de perte d'autonomie (Paerpa) dans le Var

En 2014, 9 territoires pilotes avaient été choisis au niveau national et dotés chacun de 1,4 à 1,7 millions d’euros. Le Paerpa couvre ainsi la période 2016-2018. Il a pour objectif de mettre en œuvre un parcours de santé fluide et identifié des personnes âgées de plus de 75 ans, en agissant en amont de l’hospitalisation, en renforçant l’offre de soins de premier recours et en préservant l’autonomie des personnes âgées.

Le dispositif Paerpa vise à améliorer la coordination entre les acteurs qui interviennent auprès de la personne âgée :

  • en mettant en place une coordination clinique de proximité entre les professionnels de premier recours - médecin traitant, infirmier, pharmacien d’officine ou autres professionnels de santé – afin d’élaborer un plan personnalisé de santé (PPS) ;
  • en instituant le cas échéant une coordination territoriale d’appui (CTA), avec un numéro unique au service des professionnels (hospitaliers, libéraux, médicaux sociaux et sociaux) et des personnes âgées et de leurs aidants ;
  • en s’appuyant sur les ressources existantes du territoire.

Pour assurer la réussite et l’adhésion au programme, une véritable campagne de communication sera lancée à destination des professionnels. Progressivement, d’autres actions seront mises en œuvre comme le développement d’une réponse à l'urgence sociale pour les libéraux ou l’institution de groupes de travail sur la démographie des médecins.

Aller plus loin

Chiffres clefs

  • 445 établissements hébergeant des personnes handicapées dont 45 maisons d’accueil spécialisé et 71 foyers d’accueil médicalisé.
  • 611 établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes.
  • La région Paca dispose de 16 plateformes d’accompagnement et de répit des aidants. Elles disposent toutes d’un budget annuel de fonctionnement d’au moins 100 000 euros.
  • 10 millions d’euros sont mobilisés entre 2016 et 2018 pour améliorer la prise en charge des personnes âgées en région Paca, dont 3,5 millions d’euros sur la seule année 2016.
  • 262 places créées en ESMS.
  • La région Paca dispose de 16 plateformes d’accompagnement et de répit des aidants. Elles ont été mises en place dans le cadre du plan Alzheimer 2008-2012, et disposent toutes d’un budget annuel de fonctionnement d’a minima 100 000€.

Le saviez-vous ?

Le nombre de personnes atteintes de maladies neurodégénératives est en progression, en particulier pour les pathologies affectant les fonctions cognitives. Au premier rang de ces atteintes, la maladie d’Alzheimer et les maladies apparentées touchent plus de 850 000 personnes en France. Pour répondre spécifiquement aux besoins des personnes atteintes de ces maladies, le plan maladies neurodégénératives prend la suite du plan Alzheimer depuis 2014 en s’élargissant aux différentes maladies neurodégénératives (Parkinson, sclérose en plaques, sclérose latérale amyotrophique).