Besoin de soins ? On peut se faire soigner sans passer par les urgences

Communiqué de presse
communiqué de presse

Périodes de congés, flux saisonniers importants dans les zones touristiques : l’été est une période pendant laquelle les structures d’urgence des établissements de santé sont particulièrement sollicitées.

A l’approche de la période estivale s’annonçant particulièrement difficile dans les services hospitaliers, et notamment dans les services d’urgence, le président de la République a souhaité que soit réalisée une mission « flash », menée le Dr François Braun, médecin urgentiste, afin d’établir un diagnostic de la situation après rencontre des acteurs de terrain.

L’objectif est de pallier les risques de l’été grâce à des propositions, conçues par des professionnels de santé, qui pourront, pour la plupart, être rapidement déployées. Les décisions prises par le Gouvernement reprennent l’ensemble des propositions présentées par le Dr François Braun dans le cadre de sa mission.

Consultez le dossier de presse

 

L’Agence régionale de santé Provence-Alpes-Côte d’Azur a proposé plusieurs actions concrètes pour accompagner les professionnels, de ville et hospitaliers, et anticiper les risques liés à la saison touristique, parmi lesquelles :

  • Informer la population et la sensibiliser sur un usage raisonné des services urgences (plus d’informations).
  • Mobiliser les médecins de ville pour garantir la continuité et la permanence des soins pendant l’été. Des renforts sont prévus, par exemple avec l’extension des horaires des maisons médicales de garde, souvent positionnées à proximité d’un hôpital ou d’un service d’urgence afin de désengorger ces derniers pour les soins non urgents. 
  • Coordonner les professionnels de santé du territoire pour mettre en place le futur service d’accès aux soins (SAS) et déployer une plateforme numérique nationale en appui aux professionnels.

Le service d’accès aux soins est un nouveau service d’orientation de la population. Pour le patient confronté à un besoin de soins non programmés et lorsque l’accès à son médecin traitant n’est pas possible, le SAS doit permettre d’accéder, à toute heure et à distance à un professionnel de santé. Ce dernier pourra lui fournir un conseil médical, lui proposer une téléconsultation, l’orienter selon la situation vers une consultation de soin non programmé en ville, vers un service d’urgence ou déclencher l’intervention d’un SMUR.

  • Favoriser et financer le déploiement des unités mobiles de télémédecine qui interviennent sur demande du Samu.
  • Autoriser, sur prescription de la régulation médicale, le transport sanitaire vers les cabinets médicaux et les maisons médicales de garde : en cours depuis plusieurs mois dans le Champsaur (Hautes-Alpes).
  • Mobiliser les infirmier(e)s libéraux volontaires pour intervenir au domicile ou en Ehpad, et réaliser des actes infirmiers ou assister les patients pour une téléconsultation à la demande de la régulation médicale du Samu.
  • Activer les plans de mobilisation internes dans les hôpitaux qui disposent d’un service d’urgence. Ces plans permettent aux hôpitaux de s’organiser différemment en période de crise : rédaction de protocole de fonctionnement « dégradé », activation d’une cellule de crise, mise en place de solidarités inter-hospitalières pour les filières prioritaires, etc.
  • Etendre les plages des hélicoptères sanitaires (Héli-SMUR) afin de pouvoir répondre aux besoins accrus pendant l'été et de libérer du temps médical pour les services d'urgence.
  • Renforcer les liens et développer les médecins correspondants du Samu dans les zones où il y a moins de médecins. 71 médecins correspondants de Samu exercent en Paca.
  • Développer le recours aux équipes paramédicales de médecine d’urgence (actuellement en cours à Cavaillon et Carpentras)
  • Mettre à disposition un outil de planning prévisionnel qui recense les services d'urgence et les lignes de SMUR de la région. Cet outil apporte une vision régionale partagée des dates les plus à risque, permettant de prévenir et d’anticiper les éventuelles fermetures.
  • Faciliter les admissions directes en service hospitalier en permettant au médecin généraliste de joindre directement un spécialiste de l’établissement par un numéro de téléphone dédié (notamment pour les filières gériatriques et les soins palliatifs)
  • Libéraliser l’hébergement d’urgence en Ehpad : l’ARS a considérablement modifié et assoupli les dispositions relatives à la mise en œuvre de l’hébergement temporaire d’urgence avec de nouvelles orientations régionales depuis le 1er juillet.

Des mesures d’augmentation des rémunérations (travail de nuit, heures supplémentaires, etc.) sont prévues, dont les dispositions seront connues dans les prochains jours.

En chiffres

La région Paca dispose de 49 services d’accueil des urgences (SAU). En 2021, près de 1,8 millions de patients ont pu être pris en charge dans l’un de ces services (soit environ 4 800 patients/jour), malgré l’impact de la crise Covid, grâce à la mobilisation de l’ensemble des acteurs de l’aide médicale urgente (SAMU, SMUR, SAU, SDIS, transporteurs sanitaires privés et établissements de santé). Cependant, ces derniers temps, comme partout en France, plusieurs établissements de santé connaissent de fortes tensions liées à la fatigue des équipes et à la difficulté de recruter des médecins ou du personnel paramédical.

Une campagne de communication à relayer

Se rendre aux urgences pour une consultation de médecine générale non urgente peut impacter la qualité de prise en charge des patients qui en ont le plus besoin. Les urgences sont donc réservées aux cas les plus graves.

Pour éviter le recours systématique aux urgences et aider la population, locale ou touristique, et réussir à obtenir une consultation médicale chez un médecin cet été, l’ARS Paca a lancé, avec le soutien des professionnels de santé de ville et de l’hôpital, une campagne de communication régionale.

Nos messages

Cet été, si j’ai besoin de soins :

  1. Je contacte en premier lieu mon médecin traitant.
  2. Si je n’en ai pas ou qu’il n’est pas disponible, je me rends sur le site de l’ARS Paca pour trouver une consultation médicale.

Une carte interactive répertoriant les lieux de soins est mise à la disposition du grand public. Elle reste évolutive et pourra intégrer de nouveaux lieux ou être complétée.

  1. Je contacte toujours le 15 avant de me rendre aux urgences.

Consultez la campagne de communication