Cas de Monkeypox en Provence-Alpes-Côte d’Azur

Communiqué de presse
communiqué de presse

3 cas de Monkeypox ont été signalés ce mercredi 10 août au sein d’une famille hébergée dans un camping dans une commune du Var. Il s’agit d’une contamination intrafamiliale préalable à l’arrivée de ces personnes sur le camping. Celles-ci ont été isolées et ont quitté les lieux. L’état de santé de cette famille n’inspire pas d’inquiétude.

Selon les investigations menées par l’Agence régionale de santé Provence-Alpes-Côte d’Azur, la famille n’a eu au cours de son séjour de quelques jours dans le camping (du 6 au 11 août), aucun contact étroit et prolongé avec d’autres vacanciers ou avec le personnel du camping.

La famille a utilisé les installations du camping (sanitaires, douches), toutefois, en dehors du foyer familial, le risque de transmission via les surfaces, est très faible. Les mesures d’hygiène habituelles comme le nettoyage régulier des locaux et le lavage des mains permettent de réduire/limiter le risque de contaminations.

Cette situation ne justifie donc pas la mise à l’isolement ou la vaccination des personnels et résidents du camping.

A titre de précaution, les mesures d’hygiène sont actuellement renforcées au sein du camping et une information y est diffusée en direction des personnes – vacanciers et personnels -. Celles-ci sont invitées à surveiller leur état de santé dans les prochains jours et à consulter un médecin en cas d’apparition de symptômes évocateurs (fièvre, maux de tête, ganglions, douleurs musculaires, éruptions cutanées), avec le cas échéant accès à un test diagnostic si besoin.

L’ARS Paca est mobilisée aux côtés du responsable du camping pour la bonne information de son personnel et des vacanciers et assurer dès ce jour une réponse sur site aux questions qui pourraient se poser.

Le Monkeypox est une maladie infectieuse qui se caractérise notamment par une éruption cutanée qui peut être isolée ou précédée ou accompagnée d’une fièvre ou de ganglions. Le virus peut être transmis par :

  • contact direct avec les lésions cutanées (vésicules ou croûtes) ou avec les muqueuses (buccales, génitales, conjonctivales) lors d’un contact physique étroit avec une personne infectée ;
  • contact indirect par le partage de linge (vêtements, draps, serviettes…), d’ustensiles de toilette (brosses à dents, rasoirs…), de vaisselles, de matériel d’injection…avec la personne infectée ;
  • des gouttelettes respiratoires lors d’un contact direct et prolongé en face à face avec la personne infectée.

Aller plus loin

Un dispositif d’écoute pour répondre aux questions sur le virus Monkeypox est également disponible gratuitement