COVID-19 en Paca : quelles conséquences sur les hôpitaux ?

Communiqué de presse
Visuel
communiqué de presse
Les indicateurs sanitaires se détériorent de jour en jour dans l’ensemble de la région et pour toutes les classes d’âge. Le taux d’incidence s’élève ce mercredi 28 octobre à 410 nouveaux cas pour 100 000 habitants. Le taux de positivité a dépassé cette semaine la barre des 18 %.
Corps de texte

Aujourd’hui, 1 255 personnes sont hospitalisées dans la région Paca dans un établissement de court séjour pour Covid-19, dont 304 sont en service de réanimation ou de soins intensifs. Ce mercredi, 609 lits de réanimation sont ouverts dans la région contre 480 habituellement.

Le ratio des lits de réanimation occupés par des patients atteints de Covid-19 par rapport à la capacité initiale en réanimation a atteint aujourd’hui 63%, contre 54 % vendredi 23 octobre.

Au regard de cette situation, l’Agence régionale de santé (ARS) Provence-Alpes-Côte d’Azur (Paca) a demandé, vendredi 23 octobre, aux établissements de santé publics et privés de la région, de suspendre de façon progressive et ciblée les activités médicales et chirurgicales non urgentes. Cette mesure doit permettre aux établissements de santé d’étendre leurs capacités en réanimation de 100 lits dans les 10 jours et 100 lits supplémentaires dans les 10 jours suivants.

Des évacuations sanitaires pour soulager les réanimations de la région.

Aujourd’hui 4 patients hospitalisés au centre hospitalier d’Avignon ont été transférés par avion militaire vers le CHU de Brest, en Bretagne.

Cette opération résulte d’une étroite collaboration entre le centre national de crise sanitaire, les ARS Bretagne et Paca, les SAMU, les équipes médicales des établissements de santé de départ et de destination, les Armées et les services de la Préfecture de département.

Un plan d’action gradué, adapté à l’évolution de l’épidémie

L’ARS Paca travaille depuis maintenant plusieurs mois sur la base d’un plan d’action gradué, composé de paliers à « activer » en fonction de l’évolution de l’épidémie et des prospectives de l’Institut Pasteur.

Chaque palier implique un niveau croissant d’ouvertures supplémentaires de lits pour prendre en charge les patients les plus gravement atteints.

L’objectif de ce plan gradué : anticiper les mesures organisationnelles à déployer dans les établissements pour faire face à l’évolution du volume de patients tout en maintenant le plus longtemps possible l’activité courante des établissements. L’accès aux plateaux techniques de recours doit pouvoir se poursuivre pour les patients atteints de pathologies lourdes à prendre en charge sans attendre.

Le palier 4 de ce plan, qui correspond à un taux d’occupation des lits de réanimation excédant 50 %, est activé depuis vendredi dernier.