Une agence, pour une meilleure santé

Covid 19 : prise en charge des personnes sans domicile

Actualité
Date de publication
Visuel
Covid-19 personnes sans abri
Suite aux mesures de confinement, les services de l’Etat et les Agences régionales de santé se sont immédiatement saisis de la situation pour proposer des solutions de prise en charge pour les personnes sans abri.
Corps de texte

L'ARS Paca a constituée des équipes sanitaires mobiles qui interviennent auprès des personnes sans abri 7j/7 :

  • soit en créant de nouvelles équipes dans les territoires où il n’y en avait pas, grâce à la mobilisation du secteur associatif (médecin du monde, croix rouge française,…),
  • soit en renforçant des équipes existantes en leur apportant l'appui des professionnels de santé.

Chaque équipe comprend désormais des médecins généralistes et des infirmier(ères).

Qui peut solliciter l’équipe sanitaire mobile ?

  • Les personnels des structures d’hébergement,
  • les équipes de maraudes et de médiation sanitaire intervenant auprès des personnes à la rue ou en campement ;
  • les personnels des centres d’hébergement dédiés Covid-19 ;
  • Le Samu-Centre 15.

Leurs missions concrètes

  • Elle intervient là où se trouvent les personnes ( rue, campement, installation temporaire sur un site, lieu de proximité permettant de conduire une consultation, comme un local associatif, ou un centre d’hébergement Covid-19) ;
  • Elle évalue cliniquement les patients identifiés comme symptomatiques et la gravité de la maladie et l’existence de comorbidités ;
  • Elle évalue les capacités de la personne à suivre les recommandations médicales en cas de prise en charge ambulatoire ;
  • Elle évalue si le cadre de vie permet une prise en charge sur place ou si la personne doit être orientée vers le centre d’hébergement spécialisé

Décider de l’orientation du patient

Si l’évaluation clinique conclut à une infection à Covid-19 qui ne nécessite pas une hospitalisation, le médecin peut proposer :

  • Un maintien sur le lieu de vie dès que les conditions le permettent
  • Une orientation vers un centre d’hébergement dédié Covid-19 si nécessaire

Suivre les patients malades du coronavirus maintenus sur leur lieu de vie

Les modalités de suivi en ambulatoire s’appuient sur les lignes directrices pour la prise en charge en ville des patients symptomatiques en phase épidémique de Covid-19.

Sensibiliser les équipes des structures d’hébergement accueillant une personne malade

  • Sensibilisation aux mesures barrières ;
  •  Avis sur l’organisation générale du centre en réponse à l’épidémie : identification d’une pièce pour l’isolement des personnes symptomatiques le temps de l’intervention de l’équipe sanitaire, mesures à respecter par le personnel, conduite à  tenir lorsqu’une personne est symptomatique, mise en place de protocoles de ménage ;
  • Consignes pour l’application du confinement dans la chambre lorsqu’une personne Covid-19 est gardée sur place

6 centres d'hébergement spécialisés ont ouverts leur porte dans chaque département de la région Paca.

Ces centres permettent l’hébergement et l’isolement sanitaire de personnes malades non graves.

Grâce à la mobilisation des préfectures de départements aux directions départementales de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale, ces centres assurent aujourd'hui l’hébergement, les repas, la sécurité et l'accès aux sanitaires pour les personnes sans abri. 

L'ARS Paca a appuyé l'ouverture de ces centres en constituant des équipes sanitaires dédiées et en assurant la coordination avec les équipes mobiles en place et les transports sanitaires nécessaires.

A ce jour, ces centres ont une capacité d'accueil simultanée totale de 325 personnes.

Dans quels cas faire appel à ces centres

Les conditions d’isolement correspondent aux recommandations du Ministère de la Santé :

  • les personnes qui ne peuvent pas être suivies dans leur structure collective car les conditions de prise en charge ne sont pas réunies (pas de possibilité d’isolement, risque comorbidité, etc.)
  • les personnes vivant dans la rue.

L’accès aux centres se fait uniquement sur avis médical, avec le consentement de la personne concernée

Missions et offre de service des centres d'hébergement

  • des prestations d’hébergement et de repas, dans des conditions d’hygiènes requises ;
  • des chambres individuelles permettant l’isolement des personnes ;
  • une possibilité de chambres dédiées à l’accueil familial de grands enfants accompagnés d’un parent.
  • des espaces collectifs pour la prise en charge de plusieurs malades avec moins un mètre entre chaque lit, une alternance tête/pieds et une disposition de barrières temporaires type rideaux ou paravents,
  • un espace de vie collectif pour la prise de repas se trouve à proximité de la pièce,
  • des sanitaires à proximité,
  • des dispositifs de lavage de main avec distributeur à poussoir de savon doivent être disponibles à l’entrée des espaces collectifs éventuels et dans les sanitaires.
  • un suivi médical des personnes grâce à l’appui d’une équipe médicale.

 

  • consultations et avis médicaux ;
  • passage d’un infirmier au moins deux fois par jour pour l'évaluation de l’état de santé, le suivi des constantes et la tenue du dossier infirmier, la distribution de médicaments et de matériel de protection, la réalisation de prélèvements si nécessaires

La protection des personnels sanitaires et non sanitaires sera assurée en permanence.

En cas d’aggravation clinique nécessitant une hospitalisation

  • La décision d’hospitalisation en journée est prise par l’équipe infirmière après avis téléphonique ou présentiel du médecin référent en lien avec le 15, devant une aggravation significative de l’état clinique, ou devant l’apparition d’une comorbidité infectieuse ou non.
  • En cas d’urgence de nuit, la décision est prise par le responsable du centre sur appel préalable du 15.
  • En cas d’impossibilité, le SAMU est chargé de la désignation d’un Service d'accueil des Urgence (SAU) recevant le patient.

Sortie après guérison

  • La prise en charge en centre spécialisé est prévu jusqu’à 48 h après la disparition complète des symptômes et au moins 14 jours après leur apparition.
  • Lorsque l’isolement est terminé, le patient retourne dans le centre où il était hébergé précédemment, sa place devant avoir été gelée durant toute la durée de prise en charge au sein du centre d’hébergement.

Dans la mesure du possible, les PASS doivent continuer, même à minima, d’orienter et /ou prendre en charge les patients en situation de précarité s’y présentant.

Parmi les missions attendues :

  • consultations hospitalières pour des motifs autres que le covid.
  • dans la mesure du possible, une offre de consultations en présentiel
  • téléconsultation et/ou les consultations téléphoniques et en informer les partenaires.
  • apporter systématiquement des informations en matière de prévention aux personnes se présentant pour les aider à se prémunir tant bien que mal de l’épidémie.
  • évaluer la nécessité du passage d’une équipe mobile sanitaire précarité ;
  • évaluer la nécessité d’une orientation pour une prise en charge sur un circuit Covid19.
  • participer à la préconisation de mesures spécifiques d’isolement en concertation avec les structures d’hébergement et/ou orienter les personnes.
  • contribuer à la prise en charge du Covid19pour les personnes sans domicile et en hébergement collectif ou s’alimentant en collectivité
  • appuyer, dans la mesure du possible, les services de l’établissement de santé prenant en charge des patients Covid19 sans domicile, notamment en faisant le lien avec les centres d’hébergements dédiés pour les patients ne nécessitant pas/plus d’hospitalisation.
  • poursuivre les activités d’accompagnement social / ouverture de droit, si nécessaire par téléphone ou en mettant en place si besoin des modalités de transmission à distance des pièces justificatives auprès de la CPAM (par exemple, les téléconsultations peuvent être doublées d’un entretien avec une assistante sociale pour permettre un suivi des personnes).

La Direction régionale et les directions départementales de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale mènent également des actions pour protéger les personnes vulnérables.

Pour cela, des hôtels et places en centres d’hébergement ont été réquisitionnés.

Il s’agit de proposer des logements pour isoler les personnes sans abri, vulnérables et sans symptômes Covid, afin qu'elles ne soient pas contaminées.

A ce jour, 1670 places en hôtel, 392 places en centres d’hébergement et 354 places autres (gymnases, bâtiments mis à disposition) sont mobilisées pour toute la région.

Mises en oeuvre par la Direction régionale et les directions départementales de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale, les maraudes interviennent auprès de personnes à la rue, en bidonville, ou en campement.

Les maraudes organisent une distribution de repas à la volée le jour et proposent des « encas » la nuit, à l'occasion de la distribution de couvertures.

Par un travail de prospection conduit par l'ARS, ces maraudes ont été renforcées en personnels infirmiers et ainsi surveiller les personnes les plus fragiles et de rappeler les gestes barrières à respecter.

Leurs missions

  • Informer la population sur le Covid-19 sur les gestes barrières a adopter en fonction de leur conditions de vie ;
  • informer sur la conduite à tenir en cas de symptômes ; 
  • interroger les personnes sur l’existence de symptômes évocateurs d’une infection par le Covid-19 ;
  • orienter les personnes symptomatiques ;
  • identifier hors des structures d’hébergement les personnes vulnérables pouvant nécessiter temporairement, avec leur accord, un hébergement, un accès à l’alimentation et aux soins adaptés ;
  • protéger au maximum les bénévoles souvent en première ligne.