Déconfinement : les gestes à adopter pour se protéger et protéger les autres

Actualité
Date de publication
Visuel
gestes barrières covid- masque
Crédit photo : Freepik
Les 3 priorités du gouvernement : protéger, tester, isoler. La sécurité des Français est la priorité du plan de déconfinement dont la réussite réside aussi dans l'adoption des gestes barrières par tous les citoyens.
Corps de texte

Les occasions de contact augmenteront lors du déconfinement. Le respect des gestes barrières et de distanciation physique prendra encore plus d’importance.

Pour le déconfinement, le port d’un masque grand public est préconisé dans certaines situations pour se protéger et protéger les autres. Il ne se substitue pas au respect des gestes barrières et des règles de distanciation sociale.

Protection masques

Ces masques sont efficaces s'ils sont associés à un lavage des mains fréquent à l’eau et au savon (ou avec une solution hydroalcoolique) et en complément des gestes barrières.

Le port du masque est obligatoire dans les transports en commun, les trains, les taxis, VTC et véhicules de covoiturage (en absence de protection physique séparant le conducteur du passager) et les avions.

Ce dispositif n’est pas destiné à être utilisé par les personnels soignants au contact des patients.

Les personnes malades doivent quant à elles porter des masques sanitaires chirurgicaux, disponibles en pharmacie sous prescription médicale.

    Les masques barrières « fait maison »

    Faits avec des bandes de tissu, ils ne sont pas normés, ni évalués. Ils peuvent répondre à un besoin pour des personnes non directement exposées.

    Pour réaliser votre propre masque :

    Voir le site de l'Afnor

    Les masques industriels « non sanitaires »

    Sont destinés aux activités professionnelles amenées à rencontrer du public. Ils ne remplacent pas les équipements de protection individuelle nécessaires pour certains métiers.
    Ces masques sont un complément à l’aménagement du poste de travail.

    Les masques chirurgicaux

    Les pharmacies sont désormais autorisées à vendre des masques chirurgicaux aux particulier.

    Les personnes malades et les plus à risque seront quant à elles éligibles pour recevoir la dotation de l'Etat.

    • Personnes malades Covid et cas contact : 2 masques par jour.
    • Personnes à très haut risque de développer une forme grave de Covid : 10 masques par semaine.

    L’Assurance maladie construit actuellement le système de prescription.

    1. Avant de mettre un masque, se laver les mains à l’eau et au savon (ou avec une solution hydroalcoolique).
    2. Appliquer le masque de façon à recouvrir le nez et la bouche et veiller à l’ajuster au mieux sur votre visage, notamment en-dessous du menton.
    3. Lorsqu’on porte un masque, éviter de le toucher. Ne pas déplacer le masque ; chaque fois que l’on touche un masque usagé : se laver les mains à l’aide à l’eau et au savon (ou à l’aide d’une solution hydroalcoolique).

    Pour retirer le masque : le retirer par derrière, par les élastiques ou les liens d’attache (ne pas toucher le devant du masque), puis se laver les mains avec de l’eau et au savon (ou à l’aide d’une solution hydroalcoolique). (→ les jeter dans une poubelle équipée d’un sac plastique refermable).

    Lorsque le masque est mouillé ou souillé, le remplacer par un nouveau masque et ne pas réutiliser des masques à usage unique

    Comment laver un masque barrière usagé ?

    Un masque usagé doit être lavé en machine avec une lessive classique, à 60 degrés pendant au moins 30 minutes (vous pouvez laver vos masques utilisés en même temps que vos draps ou serviettes par exemple).

    Le séchage est à réaliser soit via un sèche-linge, soit à l’air libre, avant un repassage à la vapeur à une température n’abîmant pas le tissu.

    Vous pouvez stocker les masques utilisés dans un contenant spécifique (sac en plastique propre et refermable) et regrouper les lavages.

    Faire bouillir votre masque barrière pour le nettoyer peut endommager les tissus. Cette pratique n’est pas recommandée. 

    Il y aura suffisamment de masques dans le pays pour répondre aux besoins à partir du 11 mai. Aujourd’hui, la France reçoit près de 100 millions de masques sanitaires chaque semaine, et elle recevra chaque semaine également près de 20 millions de masques grand publics lavables à partir de mai.

    En France, nous produirons 20 millions de masques sanitaires chaque semaine d’ici la fin mai et 17 millions de masques textiles au 11 mai.

    L’Etat, les collectivités, les entreprises, l’initiative privée, seront complémentaires :

    • des masques jetables ou lavables seront vendus dans les pharmacies et la grande distribution,
    • les entreprises sont invitées à équiper leurs salariés de masques lorsque cela sera justifié par leurs situations de travail,
    • les personnels de l’Etat et des collectivités locales seront également équipés, et les préfets disposeront d’une enveloppe pour soutenir, avec les départements et les régions, les plus petites collectivités ou les publics non couverts,
    • des masques seront fournis aux personnels de l’Education nationale et des masques seront mis à disposition des enfants scolarisés et des collégiens,

    Le prix maximum de vente aux consommateurs des masques à usage unique (de type chirurgical) est fixé à 95 centimes d’euros toutes taxes comprises, l’unité (soit 47,50 euros la boîte de 50 masques).

    Pour les masques « grand public » en tissu l’objectif est qu’une offre abondante de masques lavables et réutilisables à filtration garantie soient mise à disposition du public à un coût de l’ordre de 20 à 30 centimes d’euros à l’usage. La plateforme SignalConso permet aux consommateurs de signaler des abus (notamment des marges excessives de certains acteurs) à la DGCCRF.

    Pour les patients fragiles

    Pour les personnes à très haut risque médical, notamment celles présentant une immuno-dépression sévère, le port d’un masque chirurgical à visée préventive est recommandé.

    Les personnes à très haut risque médical de développer une forme grave de Covid-19 sont dotées de 10 masques par semaine.

    Il appartient au médecin traitant ou au médecin hospitalier d’assurer la prescription de masques chirurgicaux aux personnes à très haut risque médical avec discernement, en tenant compte du fait que, pour les autres vulnérabilités médicales, et en dehors des cas particuliers à leur appréciation, la protection doit être assurée par un masque grand public.

    Pour les malades du Covid

    • Les malades atteints de Covid-19 et les personnes contact sont dotés de 14 masques par semaine.
    • Pour les personnes atteintes du virus covid-19, la délivrance de masques se fait sur prescription médicale et sur présentation d’un résultat positif à un test virologique Covid-19.  

    Pour les personnes ayant été identifiées comme une personne contact, la délivrance de masques se fera sur indication de l’Assurance maladie via son téléservice « Contact Covid », dédié sur la plateforme Ameli Pro.

    Face à l’infection, il existe des gestes pour se protéger, pour faire barrière au coronavirus :

    • Se laver les mains très régulièrement
    • Se distancier d’au moins un mètre de chaque autre personne autour de soi
    • Eviter de se toucher le visage
    • Tousser ou éternuer dans son coude ou dans un mouchoir
    • Saluer sans se serrer la main, éviter les embrassades
    • Utiliser des mouchoirs à usage unique et les jeter
    • Eviter les rassemblements, limiter les déplacements et les contacts

    Affiches sur les gestes barrières 

    distanciation sociale