Déploiement des autotests Covid-19

Article

Depuis le mois d’avril 2021, les autotests viennent compléter la stratégie de test par RT-PCR et tests antigéniques.

Attention aux situations de fraudes

Face à la demande exponentielle de dépistage, l’installation de barnums frauduleux se multiplie. Dans ce contexte, l’ARS met en place des actions d’inspection contrôle.

Par ailleurs, il est rappelé que les autotests ne sont pas équivalents aux tests antigéniques sur prélèvement nasopharyngé et ne peuvent en aucun cas être présentés comme tel au public et à l’Assurance Maladie.

 

Les tests antigéniques rapides constituent un outil supplémentaire pour réduire les chaines de transmission virale, en complément des RT-PCR et des tests antigéniques.

Avec un résultat disponible en 15 à 20 minutes, ces tests permettent :

  • De réaliser une action d’auto-surveillance
  • S’il est supervisé par un professionnel habilité, d’accéder aux activités soumises au passe-sanitaire « activités » en cas de négativité ;
  • S’il est supervisé par un professionnel habilité, d’effectuer des tests itératifs pour les personnes soumises à l’obligation vaccinale n’ayant pas encore un schéma vaccinal complet.

Cependant les autotests ne sont pas considérés comme un outil de diagnostic et un résultat positif ne déclenche ni les mesures de contact-tracing et ni celles de prévention essentielles pour briser les chaines de contamination. A cette fin, les tests RT-PCR restent la technique de référence pour la détection de l’infection à la COVID. L’autotest ne permet donc pas de générer un certificat de rétablissement.

Ces opérations à large échelle peuvent être organisées au sein de populations ciblées âgées de plus de 3 ans

Les autotests sont destinés aux personnes asymptomatiques, non cas-contact :

  • en vue de l’obtention du passe sanitaire « activités » (valable uniquement en France) ;
  • soumises à l’obligation vaccinale, qui devront effectuer des tests itératifs dans l’attente d’avoir un schéma vaccinal complet.
    • Jusqu’au 14 septembre 2021 inclus : possibilité d’exercer son activité professionnelle sur présentation d’un résultat d’un examen virologique valide ne concluant pas à une contamination par le COVID-19 ;
    • Du 15 septembre jusqu’au 15 octobre 2021 inclus : possibilité d’exercer son activité professionnelle sur présentation d’un justificatif de l’administration d’au moins une dose de vaccin (dans le cadre d’un schéma vaccinal à plusieurs doses) ET sur présentation d’un résultat d’un examen virologique valide ne concluant pas à une contamination par la COVID-19.

En cas de symptômes ou de contact avec une personne testée positive au  Covid, il est nécessaire de réaliser un test RT-PCR en laboratoire ou antigénique chez un professionnel de santé.

Un autotest Covid est un test antigénique dont le prélèvement et la lecture du résultat peuvent être réalisés seul, d’après les indications fournies par un professionnel et après lecture des conditions d’utilisation et du « guide d’utilisation » fournis lors de l’achat.

Un autotest supervisé dans le cadre de la mise en place d’un barnum ne peut, quant à lui, être réalisé que par un ensemble restreint de professionnels habilités listées ci-dessous.

Liste des professionnels habilités à être responsable d’un barnum d’autotests supervisés :

  • Les médecins,
  • Les pharmaciens,
  • Les infirmiers diplômés d’Etat.
  • Les masseurs-kinésithérapeute
  • Les sages-femmes
  • Les chirurgiens-dentistes

Liste des professionnels habilités uniquement à superviser un autotest et qui doivent être sous la responsabilité d’un professionnel de santé de la liste ci-dessus :

  • Les manipulateurs  d’électroradiologie médicale
  • Les techniciens de laboratoire médical
  • Les préparateurs en pharmacie
  • Les aides-soignants
  • Les auxiliaires de puériculture
  • Les ambulanciers
  • Les étudiants ayant validé leur première année en médecine, chirurgie dentaire, pharmacie, maïeutique, masso-kinésithérapie ou soins infirmiers
  • Les sapeurs-pompiers professionnels ou volontaires, les sapeurs-pompiers de Paris, les marins-pompiers de Marseille, les secouristes d'une association sous réserve des bonnes formations suivies
  • Les médiateurs de lutte anti-COVID sous réserve d’avoir validé une formation préalable.
  • Les personnes possédant un diplôme dans le domaine de la biologie moléculaire ou justifiant d'une expérience professionnelle d'au moins un an dans ce domaine
  • Les personnes possédant l'un des diplômes mentionnés suivant encadrées par un technicien de laboratoire médical :
    • Brevet de technicien supérieur en chimie, en métiers de l'eau , en qualité industries alimentaires et bio-industrie ou en biophysique de laboratoire
    • Diplôme Universitaire de Technologie en génie biologique, option agro-alimentaire, ou en génie de l'environnement
    • Licences professionnelles en bioanalytique et expérimentale ou bioindustries et technologie
    • Licences en sciences de la vie, en sciences de la vie et de la terre, en sciences pour la santé, en biologie et santé, en sciences de la vie biologique ou en génomique, physiologie et santé
    • Masters de biologie et santé ou en biologie de l'environnement.

Ce type de dépistage peut-être mis en place notamment si vous souhaitez organiser une action d’auto-surveillance pour vous ou pour les agents de votre entreprise.

Vous pouvez vous rendre dans une officine pour vous procurer ces autotests. Les autotests vendus en pharmacie ne sont pas pris en charge par l’Assurance maladie pour le grand public.

En revanche, ils sont pris en charge pour les aides aux personnes âgées et aux personnes handicapées afin de sécuriser leur activité en contact rapproché avec des personnes à risque de formes graves du Covid-19. Sont concernés par cette prise en charge les services d’aide à domicile (SAAD en service prestataire, intervenants mandataires, particuliers employeurs, salariés des SSIAD, salariés de service pour personnes handicapées) et les accueillants familiaux. La délivrance gratuite d’autotest sera assurée sur présentation d’un justificatif professionnel, dans la limite de 10 autotests par mois.

Vous êtes un organisme de droit public ou privé ou une collectivité territoriale

Dans le cadre de la mise en place d’opérations de dépistage par autotests supervisés, il est obligatoire que la personne à son initiative réalise une déclaration préalable auprès du représentant de l’Etat dans le département et de l’ARS, au moins deux jours ouvrés avant le début de l’opération.

Il s’agit de pouvoir recueillir des éléments d’informations sur le déclarant, son identité et sa qualité, les dates et lieux de réalisation des opérations ainsi que son engagement à respecter les conditions de réalisation de ces dépistages. Il est indispensable de noter l’identité et la profession du professionnel de santé qui sera responsable des opérations.

Le formulaire de déclaration est accessible sur la page suivante : http://invite.contacts-demarches.interieur.gouv.fr/Tests-antigeniques-et-examens-de-biologie-medicale

La déclaration préalable n’est pas une procédure d’autorisation. Une fois celle-ci effectuée, vous recevez un email d’enregistrement, qui vous permet de mettre en place le barnum sur le lieu déclaré, 48h après.

Si le dépistage est organisé sur le domaine public, une autorisation d’occupation du domaine public signée du Maire de la commune est par ailleurs nécessaire.

Vous êtes pharmacien d’officine

Si vous souhaitez proposer de réalisation d’autotests supervisés au sein de votre lieu d’exercice habituel, vous n’êtes pas tenus de déclarer cette action auprès du représentant de l’Etat dans le département, si le lieu de réalisation de cette action est attenant ou situé en proximité immédiate de l’officine.

A l’inverse, si l’action est mise en œuvre à distance de l’officine, elle doit être considérée comme détachable et doit faire l’objet d’une déclaration.

Cas particulier vous avez déjà réalisé une déclaration dans le cadre de barnums de tests antigéniques

Les opérations organisées à l’initiative d’un opérateur ayant déjà réalisé une déclaration dans le cadre d’opérations de dépistage par tests antigéniques, ou à l’initiative d’une Préfecture, d’une ARS ou d’un établissement ou service de santé, social ou médico-social, sont exemptées de cette déclaration.

L’autorisation d’occupation du domaine public reste nécessaire, fonction du lieu d’implantation de l’opération.

Vous êtes un professionnel de santé et souhaitez proposer des dépistages sous forme de barnums ou sur votre lieu habituel d’exercice ? Il vous est possible de mettre en place des opérations de dépistage par tests antigéniques.

Pour des informations supplémentaires concernant le déploiement des tests antigéniques, nous vous remercions de consulter la page https://www.paca.ars.sante.fr/deploiement-des-tests-antigeniques

Quel test choisir et comment l’utiliser ?

L’utilisation des tests doit être conforme aux conditions prévues par le fabricant et figurant dans la notice d’utilisation (des tutoriels peuvent également être mis à disposition en ligne).

Le Ministère des Solidarités et de la Santé tient à disposition de l'ensemble des acheteurs potentiels une liste, régulièrement actualisée, des autotests autorisés. Celle-ci est accessible à l’adresse suivante : https://covid-19.sante.gouv.fr/tests

Ce sont ceux qui disposent d'un marquage CE et qui répondent, selon les déclarations du fabriquant, aux spécifications techniques de la HAS. Vous pouvez alors vous tourner vers les fabricants de ces tests afin de réaliser vos commandes.

Une attention particulière doit être apportée au respect des conditions de température dans lesquelles ces tests peuvent être utilisés (entre 15 et 30°C), ainsi qu’au temps de lecture recommandé. Toute utilisation non conforme aux préconisations de la notice constitue un mésuage et ne permet ni de garantir les performances du dispositif, ni un résultat fiable.

Suite au dépistage, comment enregistrer le résultat ?

L’enregistrement des résultats dans SIDEP (système d’information pour remonter les résultats des tests) doit être réalisé le jour-même.

En cas de séjour à l’étranger dans les 14 jours précédant la date des symptômes ou du prélèvement, ou de potentiel contact à risque avec une personne y ayant séjourné, cette mention doit faire l’objet d’un renseignement obligatoire de SIDEP (champ « pays de provenance »), et les personnes concernées devront être orientées vers la réalisation d’un test RT-PCR.

Enfin, il sera nécessaire de mentionner lors de l’enregistrement des résultats dans SIDEP le code campagne TAG correspondant au département.

Désignation code campagne

Code campagne

Barnums d'autotests du 04

PAC-XA-000104

Barnums d'autotests du 05

PAC-XA-000105

Barnums d'autotests du 06

PAC-XA-000106

Barnums d'autotests du 13

PAC-XA-000113

Barnums d'autotests du 83

PAC-XA-000183

Barnums d'autotests du 84

PAC-XA-000184

L’autotest est positif

Toute personne avec un autotest positif doit être orientée vers un laboratoire pour réaliser un test RT-PCR diagnostic de confirmation dans les plus brefs délais. Grâce au certificat de résultat de l’autotest positif, la personne pourra bénéficier d’un accès prioritaire.

En attendant le résultat du test RT-PCR :

  • La personne positive doit s’isoler immédiatement pendant 10 jours (et attendre 48H supplémentaires après la fin des symptômes).
  • La personne positive doit listes les personnes qu’elle aurait pu contaminer.
  • La personne positive doit respecter scrupuleusement les gestes barrières.

L’autotest est négatif

La personne négative continue de respecter scrupuleusement les gestes barrières.

Aller plus loin

Support technique SI-DEP

Pour toute question technique sur SI-DEP : contactez le support de l’agence du numérique en santé par téléphone au : 0 800 08 32 04 de 9h00 à 20h00 du lundi au samedi (appel gratuit)