Réaliser des tests antigéniques

Actualité
Coronavirus Covid-19
Déploiement test antigéniques

La stratégie nationale de lutte contre la Covid-19 vise à tester, alerter et protéger afin de couper au plus vite les chaînes de contamination. Depuis le mois d’octobre 2020, les tests antigéniques viennent compléter la stratégie de test par RT-PCR.

Attention aux situations de fraudes

Face à la demande exponentielle de dépistage, l’installation de barnums frauduleux se multiplie. Par ailleurs, certaines sociétés de prestations de service proposent aux professionnels de santé des solutions de dépistage clés en hors de tout cadre légal.

Dans ce contexte, l’ARS met en place des actions d’inspection contrôle, et rappelle l’ensemble des sanctions encourues en cas de fraudes dans la rubrique ci-dessous « Les fraudes se multiplient »

 

Les tests antigéniques rapides constituent un outil supplémentaire pour réduire les chaines de transmission virale, en complément des RT-PCR, qui restent la technique de référence pour la détection de l’infection à la COVID.

Avec un résultat disponible en 15 à 30 minutes, ces tests permettent :

  • de déterminer si une personne est porteuse du virus au moment du testgrâce à un prélèvement nasopharyngée.
  • de rendre un avis rapide permettant d’enclencher les mesures de prévention le plus rapidement possible.
  • d’augmenter la capacité de dépistage en venant en complément des capacités RT-PCR déployées dans les laboratoires, hospitaliers ou de ville, et permettent ainsi de diminuer la pression existant actuellement sur ces structures.

Un test antigénique négatif de moins de 72h rentre par ailleurs comme preuve dans le cadre du passe sanitaire. Un test antigénique négatif génère une preuve dès la saisie du résultat par le professionnel de santé dans SI-DEP, qui peut être imprimée ou envoyée par SMS au patient. Sur TousAntiCovid, l’importation de la preuve dans l’application est à la main du patient.

En situation de dépistage individuel, ces tests antigéniques sont destinés prioritairement  

  1. Aux personnes devant disposer d’un examen dans les 24h et obtenir les résultats dans les 24h suivantes
  • Les personnes ayant une prescription médicale
  • Les personnes ayant des symptômes évocateurs
  • Les personnes contact à risque élevé ou modéré détectées isolément (contacté par la CNAM / l’ARS, via application TousAntiCOVID ou au sein d’un cluster)
  • Les personnes soumises au passe sanitaire dans le cadre professionnel (aide à domicile, professionnel de santé) sans schéma vaccinal complet

  1. Aux personnes arrivant d’un pays listé rouge et présentant un arrêté préfectoral.
    Autre test réalisé dans le cadre d’un déplacement à l’étranger ou interrégional.

  1. Toute autre situation non citée précédemment, notamment les personnes souhaitant obtenir un passe sanitaire, n’est pas prioritaire.

Par ailleurs, les tests antigéniques peuvent également être utilisés dans le cadre de déploiement de barnums, en situation de dépistage collectif.

Les professionnels autorisés à réaliser ces tests doivent être formés au préalable à la pratique du prélèvement nasopharyngé et à l’utilisation des tests.

Liste des professionnels habilités à prélever ET/OU à superviser un barnum :

  • Les médecins,
  • Les pharmaciens,
  • Les infirmiers diplômés d’Etat.
  • Les masseurs-kinésithérapeute
  • Les sages-femmes
  • Les chirurgiens-dentistes

Liste des professionnels habilités à prélever uniquement et qui doivent être sous la responsabilité d’un professionnel de santé de la liste ci-dessus 

  • Les manipulateurs  d’électroradiologie médicale
  • Les techniciens de laboratoire médical
  • Les préparateurs en pharmacie
  • Les aides-soignants
  • Les auxiliaires de puériculture
  • Les ambulanciers
  • Les étudiants ayant validé leur première année en médecine, chirurgie dentaire, pharmacie, maïeutique, masso-kinésithérapie ou soins infirmiers
  • Les sapeurs-pompiers professionnels ou volontaires, les sapeurs-pompiers de Paris, les marins-pompiers de Marseille, les secouristes d'une association sous réserve des bonnes formations suivies
  • Les médiateurs de lutte anti-COVID sous réserve d’avoir validé une formation préalable. Les informations relatives au dispositif de médiateurs de la lutte anti covid sont  disponibles sur le site de l’ARS

Ces tests peuvent également être réalisés dans les laboratoires de biologie médicale.

Vous êtes un professionnel de santé et souhaitez réaliser des dépistages par tests antigéniques sur votre lieu habituel d’exercice

Les médecins, infirmiers diplômés d’Etat, pharmaciens, masseurs-kinésithérapeutes, sages-femmes, chirurgiens-dentistes  peuvent réaliser les tests antigéniques dans leurs lieux habituels d’exercice, à savoir dans leur cabinet médical, leur cabinet paramédical, leur officine ou au domicile du patient.
 

Vous êtes un professionnel de santé et souhaitez organiser une opération de dépistage par tests antigéniques de type barnums

L’installation d’un barnum ou d’un drive doit faire l’objet d’une déclaration au représentant de l'Etat dans le département sur http://invite.contacts-demarches.interieur.gouv.fr/Tests-antigeniques-et-examens-de-biologie-medicale

Si le dépistage est organisé sur le domaine public, une autorisation d’occupation du domaine public signée du Maire de la commune est par ailleurs nécessaire. Le barnum ou le drive ne doit pas perturber la circulation sur la voie publique.

Vous êtes une entreprise, organisateur d’évènements, gérants d’établissement et souhaitez organiser une opération de dépistage par tests antigéniques de type barnums (notamment pour vos clients / visiteurs)

Ou vous êtes un employeur public ou privé, un établissement d’enseignement ou une collectivité territoriale, et souhaitez organiser une opération de dépistage collectif par tests antigéniques (notamment pour vos agents / étudiants …)

L’installation d’un barnum ou d’un drive doit faire l’objet d’une déclaration au représentant de l'Etat dans le département

Si le dépistage est organisé sur le domaine public, une autorisation d’occupation du domaine public signée du Maire de la commune est par ailleurs nécessaire. Le barnum ou le drive ne doit pas perturber la circulation sur la voie publique.

Toute opération de dépistage doit être supervisée par un professionnel de santé habilité en ce sens. Ces derniers sont les mêmes que les professionnels cités précédemment : médecins, pharmaciens, infirmiers, masseurs-kinésithérapeutes, sages- femmes et chirurgiens-dentistes. Il sera donc indispensable que vous recherchiez un professionnel de santé habilité à être responsable de l’opération.

Quel test choisir et comment l’utiliser ?

L’utilisation des tests doit être conforme aux conditions prévues par le fabricant et figurant dans la notice d’utilisation (des tutoriels peuvent également être mis à disposition en ligne).

Le Ministère des Solidarités et de la Santé tient à disposition de l'ensemble des acheteurs potentiels une liste, régulièrement actualisée, des tests antigéniques rapides autorisés. Celle-ci est accessible à l’adresse suivante : https://covid-19.sante.gouv.fr/tests

Ce sont ceux qui disposent d'un marquage CE et qui répondent, selon les déclarations du fabriquant, aux spécifications techniques de la HAS. Vous pouvez alors vous tourner vers les fabricants de ces tests afin de réaliser vos commandes.

Une attention particulière doit être apportée au respect des conditions de température dans lesquelles ces tests peuvent être utilisés (entre 15 et 30°C), ainsi qu’au temps de lecture recommandé. Toute utilisation non conforme aux préconisations de la notice constitue un mésuage et ne permet ni de garantir les performances du dispositif, ni un résultat fiable.

Suite au dépistage, comment enregistrer le résultat ?

L’enregistrement des résultats dans SIDEP (système d’information pour remonter les résultats des tests) doit être réalisé le jour-même.

En cas de séjour à l’étranger dans les 14 jours précédant la date des symptômes ou du prélèvement, ou de potentiel contact à risque avec une personne y ayant séjourné, cette mention doit faire l’objet d’un renseignement obligatoire de SIDEP (champ « pays de provenance »), et les personnes concernées devront être orientées vers la réalisation d’un test RT-PCR.

Tout résultat positif (PCR ou antigénique) doit faire l’objet d’une RT-PCR de criblage dans un laboratoire. Il est donc important de guider les personnes testées positivement vers un laboratoire de biologie médicale.

Enfin, il sera nécessaire de mentionner lors de l’enregistrement des résultats dans SIDEP le code campagne TAG correspondant au département.

Désignation code campagne

Code campagne

Barnums de TAG du 04

PAC-XA-000204

Barnums de TAG du 05

PAC-XA-000205

Barnums de TAG du 06

PAC-XA-000206

Barnums de TAG du 13

PAC-XA-000213

Barnums de TAG du 83

PAC-XA-000283

Barnums de TAG du 84

PAC-XA-000284

Que faire suite au résultat du test antigénique ?

Une fiche récapitulative est proposée par le ministère des solidarités et de la santé sur https://solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/20201119_tests_ag_parcours_patient.pdf  

(+) Le test antigénique est positif

Les personnes ayant été testées positives à la suite d’un test antigénique doivent être orienté vers un laboratoire d’analyses médicales afin de réaliser un test RT PCR de criblage dans les plus brefs délais.

  • La personne positive doit s’isoler immédiatement pendant 10 jours (et attendre 48H supplémentaires après la fin des symptômes).
  • La personne positive doit contacter son médecin traitant.
  • La personne positive doit listes les personnes qu’elle aurait pu contaminer.
  • La personne positive doit se déclarer sur l’application TousAntiCovid.
  • La personne positive doit respecter scrupuleusement les gestes barrières.

(-) Le test antigénique est négatif

La personne négative continue de respecter scrupuleusement les gestes barrières.

Tous les professionnels de santé libéraux habilités à pratiquer des tests antigéniques et porteurs de carte CPS peuvent être répertoriés en tant que tel sur l'annuaire Santé.fr.

Pour y figurer, un formulaire permet au professionnel d’indiquer qu’il pratique les tests antigéniques et de détailler les aspects organisationnels de son offre : rendez-vous, téléphone spécifique, horaires spécifiques.

Accéder au formulaire

Les modalités pour se connecter à ce formulaire sont disponibles sur ce lien :

Face à la demande exponentielle de dépistage, l’installation de barnums frauduleux se multiplie.

Par ailleurs, certaines sociétés de prestations de service proposent aux professionnels de santé des solutions de dépistage clés en hors de tout cadre légal.

Dans ce contexte, l’ARS met en place des actions d’inspection contrôle, et rappelle l’ensemble des sanctions encourues en cas de fraudes :

  • Le dépistage est un examen de biologie médicale et doit être supervisé par l’un des professionnels de santé habilité à entrer les données issues des tests dans SIDEP. Si ces tests sont effectués sans la présence d’un professionnel de santé habilité, l’infraction d’exercice illégal de la médecine ou de biologiste médical peut être retenue, faisant encourir deux ans d’emprisonnement et 30 000 euros d’amende (articles  L. 4161-1 et L. 6242-2 du Code de la santé publique) ;
  • L’accès à SIDEP par détournement des (e-)CPS (saisie des données via la CPS d’un professionnel de santé non présent sur le site de dépistage) s’assimile à une usurpation de titre, sanctionnée d’un an d’emprisonnement et de 15 000 euros d’amende (article 433-17 du Code pénal), ainsi qu’à un accès frauduleux dans un système automatisé des données, puni de deux ans d’emprisonnement et de 60 000 euros d’amende (article 323-1 du Code pénal) ;
  • La demande de rémunération en liquide pour la réalisation d’un test, alors que les dépistages sont pris en charge par l’Assurance Maladie, constitue une escroquerie, dont la peine encourue est cinq ans d’emprisonnement et 375 000 euros d’amende (article 313-1 du Code pénal).
    Si la rémunération en liquide est sollicitée par une personne soumise à des obligations déontologiques (professionnels de santé), des poursuites disciplinaires peuvent également avoir lieu.
  • La création de faux passe sanitaire caractérise un délit de faux commis dans un document délivré par une administration, passible de cinq ans d’emprisonnement et de 75 000 euros d’amende (article 441-2 du Code pénal).