Une agence, pour une meilleure santé

Des centres de référence et de compétence pour mieux prendre en charge les patients touchés par la maladie de Lyme

Actualité
Date de publication
Visuel
tiques et maladie de Lyme
Crédit : pixabay
La maladie de Lyme est la plus fréquente des infections transmises par les tiques en France. En 2018, les cas de maladie de Lyme ont augmenté de manière significative en France: 104 cas pour 100 000 habitants contre 69 en 2017.
Corps de texte

De nombreux patients présentent des manifestations tardives de la maladie. Certains font l’objet d’errance diagnostique qui peut affecter leur prise en charge et à leur qualité de vie.

Pour ces raisons, la direction générale de la santé a lancé un plan national de lutte contre la maladie de Lyme et les autres maladies transmissibles par les tiques afin de mieux prévenir et mieux prendre en charge les patients qui en sont atteint.

L’objectif de la stratégie de lutte contre la maladie de Lyme est double :

  • proposer une prise en charge spécialisée par une équipe pluridisciplinaire et pluri-professionnelle,
  • améliorer les connaissances sur les différentes formes des maladies vectorielles à tiques.

Le Centre hospitalier universitaire de Nice, centre de compétence de la région Paca

Le centre de compétence hospitalier pour la prise en charge des maladies vectorielles à tiques de la région Paca est porté le CHU de Nice. Il regroupe des compétences pluridisciplinaires : infectiologue, neurologue, rhumatologue, dermatologue, interniste, spécialiste de la douleur, microbiologiste...

Son rôle ? Organiser une prise en charge hospitalière pour les patients qui présentent des signes de maladie transmise par les tiques et pour lesquels la prise en charge en ville par le médecin traitant n’est pas suffisante.

Il est doté d’une organisation et des équipements permettant l’accueil et la prise en charge des patients. 

L’institut hospitalo-universitaire de Marseille nommé centre de référence régional

5 centres hospitalo-universitaires (CHU) ont été désignés centres de référence pour la prise en charge des maladies vectorielles.

En région Paca c’est l’Institut hospitalo-universitaire de l’Assistance publique des hôpitaux de Marseille de Marseille.

Le rôle du centre d’expertise

Ces établissements d’expertise, de prise en charge et de coordination, devront travailler en synergie entre eux ainsi qu’avec tous les centres de compétence de leur région, pour mettre en œuvre une nouvelle organisation des soins.

En savoir plus sur le site du ministère

Renforcement des actions de prévention

Plusieurs supports d’information (dépliants, affiches, spot radio..) sont consultables ou téléchargeables sur les sites du ministère des Solidarités et de la Santé et de Santé publique France. Un clip vidéo a été réalisé avec l’association Lympact et la Fédération française contre les maladies vectorielles à tiques, en lien avec Santé Publique France.

La direction générale de la santé encourage les collectivités, les associations de loisirs nature ou les responsables de centres de loisirs à diffuser largement ces outils auprès de leurs administrés ou de leurs adhérents.

Tout citoyen peut signaler une piqûre de tique sur l’application nationale « Signalement Tique ». A ce jour, 15 000 signalements ont été effectués et environ 3 500 spécimens de tiques analysés, ce qui permet d’améliorer les connaissances sur ces dernières.