Covid-19 : point sur la situation en région Provence-Alpes-Côte d’Azur

Communiqué de presse
communiqué de presse

Comme partout en France, la circulation virale continue de diminuer dans notre région : le taux de positivité s’élève à 0,4 % et le taux d’incidence régional à 13 pour 100 000 habitants.

L’ensemble des indicateurs hospitaliers est en diminution dans la région, avec une baisse du nombre total de personnes hospitalisées (182 patients) et du nombre total de personnes en service de soins critiques (118 patients).

Cependant, avec la réouverture des activités et l'allègement des mesures de restriction, la vigilance reste de mise.

La surveillance des variants en région Paca

Comme sur l’ensemble du territoire national, la surveillance des variants considérés comme préoccupants ou d’intérêt est renforcée (alpha (« anglais »), bêta (« sud-africain »), gamma (« brésilien »), delta (« indien »). Face à la diversité de ces variants, une nouvelle stratégie de criblage a été mise en place. è En savoir plus sur le site de Santé Publique France :

https://www.santepubliquefrance.fr/les-actualites/2021/circulation-des-variants-nouvelle-strategie-de-criblage-par-la-recherche-de-mutations-d-interet

La proportion des variants porteurs de la mutation L452R (Delta) est en forte augmentation et s’élève à 23,3 % sur la période du 19 au 26 juin 2021 en région Paca (vs 20,7 % au niveau national). Elle atteignait 9,6 % la semaine précédente.

La menace du variant Delta est donc bien présente. Ce variant est 60 % plus contagieux que le variant Alpha dit britannique, qui lui-même est 60 % plus transmissible que la souche historique.

A ce stade, la majorité des contaminations au variant Delta se font sur des personnes jeunes qui ne sont pas ou partiellement vaccinées.

Ainsi, pour lutter contre sa propagation et contenir le risque d’une quatrième vague, la seule arme efficace reste la vaccination avec un schéma complet. Elle réduit le risque de forme grave de 70 % après une première injection et de plus de 90 % après une deuxième injection.

A chaque vaccination, c’est la vie qui reprend

Alors que la vaccination constitue la meilleure arme efficace contre la progression du variant Delta et le risque d’une 4ème vague, on constate plus d’injections de secondes doses que de primo-vaccinations, malgré une grande disponibilité des vaccins, des plages horaires très larges et des créneaux sans rendez-vous.

Au 27 juin, 48 % de la population générale (51 % en France métropolitaine) ont reçu au moins une première injection de vaccin et 35 % (34 % en France métropolitaine) bénéficient d’une couverture vaccinale complète.

Parmi les plus de 75 ans, 81 % ont déjà reçu une première dose et 74 % ont une couverture vaccinale complète. Chez les 18-49 ans, c’est 41 % de la population qui a reçu une première injection et 22 % qui ont un schéma vaccinal complet.

Les différents vaccins proposés sont très efficaces sur les variants qui circulent actuellement sur le territoire et la vaccination reste donc essentielle. Tous ceux qui ne se sont pas encore fait vacciner sont vivement encouragés à le faire.

Se faire vacciner, c’est se protéger du virus, de ses différents variants et des formes graves de la maladie, mais c’est aussi contribuer à une immunité collective forte, seule à même de limiter la propagation de la maladie et de maintenir durablement l’épidémie à un niveau bas. Les centres de vaccination répartis sur l’ensemble du territoire disposent actuellement de créneaux de rendez-vous disponibles et faciles à réserver sous les plateformes Doctolib, Keldoc ou Maiia.

Une campagne de communication régionale pour inciter à la vaccination

L’ouverture de la vaccination aux plus jeunes a marqué une nouvelle étape dans la campagne de vaccination. A cette occasion, l’ARS Paca lance une campagne de communication d'envergure pour inciter et convaincre la population et notamment les jeunes à recourir à la vaccination.

« Oui, le vaccin peut avoir des effets désirables : vaccinons-nous ! »

campagne communication vaccination Covid