Une agence, pour une meilleure santé

L’ARS et la région académique lancent le service sanitaire en Paca : en présence du professeur Loïc Vaillant

Communiqué de presse
Visuel
communiqué
L’Agence régionale de santé (ARS) Provence-Alpes-Côte d’Azur (Paca) et la région académique Provence-Alpes-Côte d’Azur (académies d’Aix-Marseille et de Nice) ont lancé la semaine dernière le projet de service sanitaire lors d’une journée consacrée à sa mise en œuvre en Paca.
Corps de texte

Tous les acteurs du service sanitaire (Conseil régional Paca, facultés de médecine d’odontologie et de pharmacie, Instituts de formations paramédicaux, étudiants) réunis autour du professeur Loïc Vaillant, auteur du rapport sur la « mise en œuvre du service sanitaire pour les étudiants en santé » paru en janvier 2018, se sont retrouvés le 15 mai dernier à Luynes, dans le département des Bouches-du-Rhône, lors d’une journée consacrée au service sanitaire en Paca.

Le comité de pilotage stratégique du service sanitaire est animé par l’ARS Paca et un comité opérationnel sera lancé prochainement, il sera piloté par les facultés de médecine de Marseille et de Nice et le conseil régional Paca.

Porté conjointement par le ministère des solidarités et de la santé, le ministère de l’éducation nationale et le ministère de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation, le service sanitaire s’adresse à tous les étudiants en santé avec pour but de les familiariser avec les enjeux de prévention en santé.

Le service sanitaire permettra de réaliser des interventions de prévention conduites par des étudiants afin :

  • d’initier tous les futurs professionnels de santé aux enjeux de la prévention primaire et de la promotion de la santé ;
  • de développer leurs compétences à mener des actions auprès de tous les publics ;
  • d’assurer des actions de prévention et de promotion de la santé auprès de publics divers ;
  • de lutter contre les inégalités territoriales et sociales en santé en veillant à déployer les interventions auprès des publics les plus fragiles ;
  • de favoriser l’autonomie des étudiants dans le cadre d’une pédagogie par projet et renforcer le sens de leur engagement dans leurs études ;
  • de favoriser l’inter-professionnalité et l’interdisciplinarité des étudiants en santé par la réalisation de projets communs à plusieurs filières de formation.