Les médecins correspondants du Samu en 1ere ligne face au Covid-19 : exemple dans les Hautes-Alpes

Actualité
Date de publication
Visuel
Urgences Samu Centre 15
Depuis le début de l’épidémie de Covid-19, les délégations départementales des ARS assurent l’organisation de l’offre de soins et l’accompagnement des professionnels de santé sur notre territoire. Retour sur une expérience dans les Hautes-Alpes, avec la formation des médecins correspondants du Samu.
Corps de texte

Des médecins correspondant du Samu, en première ligne mais protégés et formés

Les médecins correspondant du Samu sont les premiers recours lors d’interventions pour des urgences vitales.

Les doter en équipements de protection et les former aux recommandations sanitaires face au Covid-19 était donc une priorité dès le début de cette crise sanitaire.

Equipés de charlottes, solutions hydroalcooliques, masques FFP2 et gants, ils ont pu se former rapidement grâce aux modules e-learning mis en place par le centre d’enseignement de soins d’urgence des Hautes-Alpes

Solidarité dans les Hautes-Alpes : des médecins et infirmiers formés pour renforcer les équipes du Samu

Dans les Hautes-Alpes, une forte augmentation des appels au Samu centre 15 pour des suspicions de Covid-19 est apparue dès le début de la crise sanitaire.

Dans un département où l’on trouve peu de régulateurs médicaux, l’idée a été de trouver de nouvelles ressources volontaires pour venir en aide au Samu.

Très rapidement, le Centre d’enseignement des soins d’urgence des Hautes-Alpes a formé 10 étudiants infirmiers et 16 médecins généralistes pour venir en renfort de la régulation centre 15.

L’expérience a été très satisfaisante tant en terme de gestion du flux des appels COVID, que de richesse des échanges entre  étudiants IFSI, médecins généralistes, auxiliaires de régulation Médicaux et médecins urgentistes.

« Les médecins correspondant du Samu ont pu être actualisés dans leurs connaissances et conduites à tenir face au Covid. Ils pont pu partager, avec leurs confrères, leurs nouvelles compétences, les mettre en œuvre auprès de leur patientèle en ville ou en Ehpad.

Cette expérience a renforcé le lien entre les prises en charge en ville et l’hôpital et a donné la possibilité aux médecins correspondant d’être en première ligne autrement. »

Dr Marie-Annick Hidoux, Médecins coordonnateur des réseaux MCS en Paca