Une agence, pour une meilleure santé

Lutter contre les inégalités sur le plan de la santé

Actualité
La santé de demain commence aujourd'hui
Date de publication
Visuel
Saturnisme
Crédit photo : Florian Launette
L'ARS Paca soutient des actions innovantes visant la réduction des inégalités sociales et territoriales de santé et à l’adaptation du système de santé aux besoins des citoyens en région Paca. Découvrez des actions phares sur notre territoire.
Corps de texte

AU SOMMAIRE

Consultation enfant-environnement : prévenir les troubles de la santé liés au logement

Plomb saturnisme

Des murs qui suintent d’humidité, des peintures écaillées contenant du plomb… Le logement peut rendre malade, notamment les enfants. L’ARS Paca a développé des consultations gratuites enfant-environnement qui permettent de diagnostiquer des maladies telles que le saturnisme et d’agir contre l’insalubrité dans les logements.

Les murs écaillés ne sont pas seulement inesthétiques, ils peuvent aussi être responsables du saturnisme, une intoxication au plomb. « Cette maladie, qui touche surtout les enfants, engendre des troubles digestifs, une anémie mais aussi, dans certains cas, des retards neurologiques. Une simple prise de sang permet de poser le diagnostic » explique Sophie Gandilhon, puéricultrice en charge des consultations enfant-environnement. En cas de saturnisme avéré, le propriétaire est soumis à une obligation de travaux afin de supprimer toute source de plomb dans le logement.

Les propriétaires confrontés à leurs obligations

Dans le Var, ces consultations ont été ouvertes en mars 2016 dans les hôpitaux de Toulon et de La Seyne-sur-Mer. Elles visent à diagnostiquer les pathologies liées à des conditions de logement insalubre, comme le saturnisme, l’asthme ou les allergies. « Si l’échange avec la famille nous laisse penser que le logement présente un risque sanitaire, nous effectuons une visite sur place » explique le Dr Magali Salles, pédiatre. « Dans le cadre de la politique de lutte contre l’habitat indigne, nous pouvons signaler aux services de la ville et du Pôle départemental de lutte contre l’habitat Indigne afin qu’ils incitent le propriétaire à prendre les mesures nécessaires, comme l’installation d’une ventilation ou la mise aux normes de l’électricité. En ce qui concerne le saturnisme, la méthode la plus efficace consiste à supprimer la cause de l’intoxication, le plus souvent les vieilles canalisations et les peintures. »

Une démarche pluridisciplinaire

Ces consultations gratuites sont organisées deux fois par semaine. Chaque année, environ une centaine de familles en bénéficie. Les populations migrantes ont également bénéficié d’un suivi spécifique au niveau de l’hôpital d’Hyères. « Cette démarche, inscrite dans le cadre des Permanences d’accès aux soins de santé (Pass), est pluridisciplinaire puisqu’elle aborde à la fois le volet médial, le volet social et la problématique du logement » commente le Dr Magali Salles.

En Paca, la première consultation enfant – environnement a été créée sous l’impulsion de l’ARS en 2011, il en existe aujourd’hui une par département à l’exception des Hautes-Alpes.

EXCLU WEB - Agir fortement sur les déterminants de santé : le plan régional santé environnement 2015-2019

La reconnaissance en France du rôle de l’environnement comme déterminant de la santé a conduit à la mise en œuvre d’une politique spécifique à ce champ grâce à la création d’un plan national santé-environnement (PNSE) et sa déclinaison régionale, le PRSE. La deuxième édition du PRSE, co-pilotée avec la Dreal et la Région, a été un succès plébiscité au niveau national au travers de son caractère résolument innovant : gouvernance partagée, labellisations, forums et appels à projets santé environnement mutualisés.

Espace santé AP-HM et équipe mobile : promouvoir la santé au plus près des habitants

Espace santé APHM

Dans le cadre du pacte de sécurité et de cohésion sociale des quartiers Nord à Marseille, l’ARS finance pendant 3 ans un espace santé et une équipe mobile dépendants de l’Assistance Publique-Hôpitaux de Marseille. Avec la volonté de favoriser l’accès à la santé des populations en situation de précarité.

Sur l’écran, la diététicienne explique les bases d’un repas équilibré. Une dizaine de femmes l’écoutent attentivement. Nous sommes dans un centre social du treizième arrondissement de Marseille. Des ateliers comme celui-ci, l’équipe mobile de l’AP-HM en organise une centaine chaque année, dans les associations, les écoles… « En 2014, nous avons réalisé un diagnostic des besoins en santé sur les quartiers Nord. Trois problématiques majeures ont été identifiées : le diabète et l’obésité, la gynécologie notamment le dépistage des cancers de la femme et le suivi des grossesses et les troubles des apprentissages » explique le Docteur Anne Galinier, coordinatrice de l’espace santé AP-HM et de l’équipe mobile. « Nous avons donc monté une équipe mobile pluridisciplinaire (psychologue, diététicien, neuropsychologue sage-femme, puéricultrice, médiateur à la santé...) qui anime des ateliers dans les quartiers. Nous abordons également d’autres thématiques telles que le sommeil de l’enfant ou l’usage des écrans. »

1 100 personnes accueillies à l’espace santé

En parallèle, l’espace santé de l’AP-HM installé en face du marché aux puces propose des consultations médicales. « Nous pratiquons les soins de proximité, nous vaccinons les enfants, nous organisons des ateliers pour les enfants qui ont des troubles des apprentissages. Beaucoup des habitants de ces quartiers ne savent pas vers qui se tourner. Nous répondons à leurs besoins et les orientons vers les structures adaptées. » Une médiatrice à la santé d’origine comorienne fait également le lien entre le système de santé, jugé complexe, et la population.

Depuis son ouverture en mars 2016, l’espace santé de l’AP-HM a accueilli 1 100 personnes. Le dispositif est intégralement financé par l’ARS, à l’exception d’une partie du matériel prise en charge par le Conseil régional Paca.

Les centres de soins Médecins du monde ouverts à tous

Ouverts à toute personne en difficulté, sans rendez-vous, les centres d’accueil, de soins et d’orientations (Caso) de Médecins du Monde de Marseille, dans les Bouches-du-Rhône, et de Nice, dans les Alpes-Maritimes, proposent une prise en charge médicale adaptée aux patients et les accompagnent dans l’ouverture de leur accès aux droits et aux dispositifs publics de soins. Ils proposent des soins infirmiers, des consultations de médecine générale et spécialisée, et des actions de prévention et de dépistage. « Si les Caso ont pu montrer quelque chose, explique Agnès Gillino qui travaille au Caso de Nice depuis l’an 2000 et pour Médecins du Monde depuis un peu plus de 23 ans, c’est l’absolue nécessité de structures de premières lignes pour ces publics : les primo arrivants, ceux qui ne parlent pas français, les personnes sans papiers, etc. ». En véritable passionnée, elle regrette également que le système de santé, bien qu’il offre une couverture large et de qualité, ne parvienne pas encore à s’adresser à tous les usagers : « nous recevons beaucoup de personnes qui tombent des nues parce qu’elles ne savaient pas qu’elles avaient un accès aux droits. Nous aimerions que le droit commun s’en saisisse : idéalement, nous travaillons pour disparaitre…».

EXCLU WEB : Le centre de santé André Roussin assure la prise en charge des personnes en souffrance mentale

C’était il y a plus d’un an : le centre de santé André Roussin ouvrait ses portes entre Saint-André au Sud et les cités la Castellane et la Bricarde au Nord, au cœur des quartiers Nord de Marseille, pour proposer une offre de soins publique de proximité et une prise en charge globale aux patients. Derrière ce projet, la volonté du centre hospitalier d’Edouard-Toulouse de rapprocher la médecine générale de la prise en charge psychiatrique, comme le raconte le docteur Françoise Eynaud : « nous avons commencé par monter le projet avec l’association de la médecine sociale, avec trois de mes collègues. Parallèlement, le directeur d’Edouard-Toulouse, Gilles Moullec, s’est proposé pour être le porteur juridique de notre projet ». Le bâtiment accueille désormais le centre médico-psychologique au premier étage, et les médecins généralistes au rez-de-chaussée. « Nous souhaitons aussi développer la pédo-psychiatrie, qui a des besoins spécifiques. Ce nouveau lieu nous permet d’offrir un espace dédié aux familles grâce à la présence d’infirmières par exemple qui accompagnent les familles pour faciliter la consultation ».

EXCLU WEB - L'accès à une alimentation saine pour les publics en situation de précarité

L’équilibre nutritionnel accessible aux personnes bénéficiaires de l’aide alimentaire 

L’accès des personnes vulnérables socialement à un équilibre nutritionnel à petit budget et à la pratique d’une activité physique régulière représente un enjeu pour l’ARS Paca. Elle confie aux Codes dans les départements des Alpes-Maritimes, des Bouches-du-Rhône, du Var et du Vaucluse, la formations des professionnels et des bénévoles de l’aide alimentaire, des travailleurs sociaux, des professionnels au contact des publics vulnérables.

Diabète de type 2 à Marseille : une « boite à outils » à destination des professionnels du secteur associatif et social pour le repérage et l’orientation

La prévalence du diabète de type 2 sur Marseille est la plus forte de la région et une des plus élevée de France avec 7% de diabétiques. Les acteurs de terrains, tant professionnels de santé qu’associatifs, sont en demande d'information et de formation. Santé croisée, plateforme dédiée aux maladies chroniques dans les Bouches-du-Rhône, a créé une « boite à outils » permettant aux acteurs du secteur associatif et social de pouvoir repérer les personnes à risque, de leur apporter une première information sur le diabète et de les orienter vers un dépistage. Les professionnels sont actuellement formés à ces outils.

EXCLU WEB - Favoriser l’accès aux droits, l’accès aux soins et la continuité des soins des personnes sans chez soi à Marseille.

Une plate-forme d’appui aux professionnels (projet Assab) pour agir simultanément sur la mise en synergie des acteurs et sur l’implication des usagers dans la définition et la mise en œuvre des actions est financée depuis 2011 par l’ARS. Plusieurs outils ont été élaborés : un circuit de traitement des obstacles à l’accès aux droits et aux soins des personnes sans-abri à Marseille en collaboration avec le GIP e-santé Oru Paca ; le conventionnement de la Cpam 13 avec l’ensemble des acteurs sanitaires et associatifs pour accélérer l’ouverture des droits ; la formation des acteurs sur les publics « précaires » ; l’harmonisation du travail des équipes mobiles.

 

Aller plus loin

Le saviez-vous ?

De nombreuses études scientifiques montrent les liens entre la situation sociale et environnementale (logement, qualité de l’air, profession, habitudes alimentaires) et les multiples aspects de l’état de santé. Or, en région Paca, la pauvreté et les inégalités sociales sont plus marquées qu’au niveau national au vu de l’ensemble des indicateurs de précarité. Face à ce constat, le programme régional d’accès à la prévention et aux soins (Praps ; piloté par l’ARS Paca participe à les inégalités de santé. Il finance de nombreuses actions et des dispositifs spécifiques à destination des personnes en situation de précarité. De 2012 à 2016, près de 19 millions d’euros ont été investis dans le cadre du Praps.