Pneumocoque à Marseille : une opération de vaccination organisée le lundi 3 février

Communiqué de presse
Visuel
CP
La semaine dernière, 13 personnes travaillant sur le chantier naval de Marseille ont présenté une « pneumonie à pneumocoque » diagnostiquée par l’hôpital.
Corps de texte

Qu’est-ce que le pneumocoque ?

Le pneumocoque ou streptococcus pneumoniae est une bactérie. Il peut causer des infections pulmonaires et ORL (otites, sinusites), mais peut également être à l’origine de formes plus sévères d’infections invasives  pour 10 à 30% des patients. La transmission est directe de personne à personne par l'intermédiaire des secrétions d’un malade (à l’occasion d’un contact rapproché et prolongé d’une heure). Cette bactérie est très fragile : elle meurt rapidement dans le milieu extérieur. Il est donc possible de s’en protéger en adoptant des gestes barrières : lavage des mains pour tous, port du masque systématique pour les personnes présentant des signes (toux, fièvres, etc.). La vaccination est également efficace.

Quelle est la situation à Marseille ?

Le 28 janvier dernier, l'Agence régionale de santé (ARS) Provence-Alpes-Côte d’Azur a été alertée par l’IHU Méditerranée Infection de plusieurs cas d'infection à pneumocoque chez des personnes travaillant sur la rénovation d'un bateau à Marseille.

Une filière de soins a immédiatement été organisée avec l'équipe médicale du bateau, le Samu, le Bataillon des Marins Pompiers de Marseille, l'Institut hospitalo-universitaire et l'ARS Paca. Une sensibilisation aux mesures barrières a été faite auprès de l’équipe médicale du bateau en chantier et des mesures de précaution ont été communiquées au personnel : renforcement du lavage des mains, port de masque pour les personnes malades (3000 masques ont été livrés sur le chantier), isolement de tout cas suspect en cabine individuelle, etc.

L’Agence régionale de santé Provence-Alpes-Côte d’Azur a également mobilisé une quinzaine d’équipes de vaccination pour mener une opération de vaccination d’envergure dès le lundi 3 février pour protéger les travailleurs potentiellement exposés sur le chantier.