Une agence, pour une meilleure santé

Rencontre avec Marie Lopez et Hélène Gomez, un binôme ARS / IESS au service des communautés professionnelles territoriales de santé

Actualité
Date de publication
Visuel
Marie Lopez et Helene Gomez CPTS
Récemment revenue de deux ans au Portugal, Marie Lopez a réintégré l’agence au sein de la direction des soins de proximité. Chargée du déploiement des communautés professionnelles territoriales de santé (CPTS), elle répond à nos questions aux côtés d’Hélène Gomez, chargée de mission CPTS au sein du Grades « Innovation e-Santé Sud ».
Corps de texte

Marie, pouvez-vous m’expliquer votre parcours professionnel ?

ML: Je suis diplômée de Science po Aix et j’ai également un master en communication. Après quelques expériences en communication dans le secteur privé, j’ai très rapidement souhaité m’orienter dans le secteur de la santé publique car j’avais besoin de donner plus de sens à mon travail.

En 2012, j’ai donc intégré l’agence pour devenir responsable du service de démocratie en santé. Cela a duré 5 ans.

Je suis ensuite partie 2 ans au Portugal et, depuis mon retour, j’ai pris le poste de cheffe de projet à la direction de l’offre de soins de proximité.

Mon poste s’articule autour de deux grandes missions : favoriser l’installation des professionnels de santé dans les zones sous dotées et accompagner le déploiement des communautés professionnelles territoriales de santé en binôme avec Hélène Gomez et en lien étroit avec les délégations départementales.

Hélène, vous avez travaillé à l’agence durant 6 mois. Depuis 1 an vous êtes chargée de mission au sein d’Innovation e-Santé Sud. Pouvez-vous m'en dire plus sur ton parcours ?

HG: Je suis infirmière de formation. J’ai travaillé dans des établissements de santé, notamment en service de réanimation, j’ai organisé le parcours de patients complexes lorsque j’étais infirmière coordinatrice, et j’ai également  exercé en tant qu’infirmière libérale.

Lors de mes différentes missions j’ai beaucoup communiqué avec les établissements de santé dans le cadre de l’organisation des retours à domicile des patients.

En 2018, j’ai eu envie de m’orienter vers la santé publique. Mon expérience du terrain m’aide au quotidien.

Je suis animée par le sujet de la santé. Participer au déploiement des CPTS est en continuité avec mon parcours professionnel. Cela me tient vraiment à cœur d’accompagner les professionnels de santé à mieux travailler ensemble.

Qu'est-ce qu'une CPTS ?

ML: Les communautés professionnelles ont été instaurées par la loi de modernisation de notre système de santé en 2016. Ce sont des professionnels d’un territoire qui souhaitent s’organiser, à leur initiative, autour d’un projet de santé pour répondre aux besoins de la population de ce territoire. Les CPTS sont un outil, une manière de structurer et coordonner l’activité des différents acteurs de santé, qu’ils soient en ville ou à l’hôpital, salariés ou libéraux. Elles doivent aussi permettre de fluidifier les relations avec les acteurs du social et du médico-social.

Organisation des soins non programmés, meilleur lien ville-hôpital, attractivité médicale du territoire : l’objectif est de mieux prendre en charge les parcours complexes, de fluidifier le parcours du patient mais aussi de soutenir les professionnels dans leur activité.

HG: Lorsque j’étais infirmière j’ai souvent eu envie de décloisonner, d’améliorer le lien ville-hôpital, de prendre plus le temps pour exercer des actions de prévention.

Je crois que les CPTS sont rapidement devenues une évidence pour certains acteurs du terrain car elles permettent d’éviter cet isolement des professionnels de santé. Les professionnels ont fait le lien entre la CPTS et la nécessité de travailler sur les parcours, d’améliorer la communication entre eux et avec l’hôpital, ou les autres structures. C’est très satisfaisant de voir que l’institution publique a formalisé ces enjeux et déploie des moyens financiers qui collent aux besoins du terrain.

Marie, quelles sont vos missions spécifiques sur ce sujet ?

ML : Mon rôle au sein de l’agence est d’outiller les délégations départementales, qui sont les premiers interlocuteurs des porteurs de projets, et d’accompagner les directions métiers et les partenaires. Mon objectif est d’assurer une cohérence régionale dans le déploiement des CPTS. C’est finalement de l’animation de réseau, à la fois en interne et en externe.

La gouvernance est d’ailleurs en train de se structurer. Nous avons beaucoup de projets à venir et nous nous organisons, main dans la main avec l’assurance maladie pour accompagner au mieux les porteurs de projet. C’est la première fois que nous collaborons aussi étroitement avec l’Assurance Maladie pour définir une stratégie et la mettre en œuvre. Cette collaboration ARS / Assurance Maladie se retrouve autant au niveau régional que départemental.

Je m’appuie aussi sur l’expertise d’Hélène et ses connaissances du terrain pour mettre en musique cette animation régionale.

Hélène, quelle est votre mission au sein d’Innovation e-Santé Sud ?

HG : Innovation e-Sud a été missionné par l’ARS pour l’accompagner dans le déploiement des CPTS. J’interviens donc sur un volet très opérationnel : de l’émergence d’une initiative jusqu’à la rédaction du projet de santé, j’apporte mon expertise et j’émets un avis technique en veillant à la  cohérence des projets et au maillage territorial.

Une autre mission importante : accompagner les CPTS dans l’acquisition de systèmes d’information. Les CPTS ne peuvent fonctionner sans cela.

Elles ont besoin d’outils pour s’organiser en interne et pour coordonner la prise en charge des patients. Mon expertise métier me permet de faire le trait d’union entre les besoins du terrain et la création d’outils informatiques. J’apporte cette proximité, ce dialogue et je traduis leurs attentes pour qu’elles prennent forme en outils opérationnels.

Je travaille en étroite collaboration avec Marie, pour lui faire remonter les besoins du terrain et  lui apporter ma vision en tant que professionnelle de santé.

Si vous deviez dresser le bilan de ces deux dernières années, que diriez-vous ?

ML : Aujourd’hui, 23 projets ont été approuvés par les commissions départementales de coordination de l’offre de soins de proximité. Ce sont des CPTS qui se sont organisées en association et qui sont en cours d’écriture de leurs projets santé. Sur tout le territoire, on compte également 27 initiatives que nous allons accompagner vers la formalisation de leur projet. En 2020, les premières CPTS verront le jour en signant l’accord conventionnel interprofessionnel.

HG : Aujourd’hui, ce qui a également été accompli c’est une meilleure visibilité du maillage territorial. Nous avons travaillé, avec l’ORS et les délégations départementales, à la réalisation d’une étude qui permet de comprendre les enjeux de la région de manière précise, sur les bases de données chiffrées sur les flux patients, l’offre de soins, de données topographiques. Les choix territoriaux sont bien sûr à la main des professionnels mais ces données sont une base de discussion, toujours dans un esprit collaboratif.

Que pouvez-vous me dire les grands enjeux à venir ?

ML : Un des gros enjeux à venir à l’agence, c’est de faire le lien avec les directions métiers. Jusqu’à présent, en étroite collaboration avec les délégations départementales, le déploiement était davantage orienté sur la mise en place dans les territoires, la production d’outils pour les porteurs, la consolidation des organisations et aspects juridiques.

Désormais, les CPTS construisent des projets qui doivent toucher tous les domaines de la santé : la prévention, les parcours complexes des personnes âgées, le retour à domicile…Autant de sujets qui concernent tous les services de l’agence et doivent être en cohérence avec les enjeux stratégiques de la région et le projet régional de santé de l’agence.

Nous devons également apprendre à changer de posture : l’agence et l’assurance maladie sont davantage dans un rôle d’accompagnateur, de médiateur, particulièrement dans les premières phases des projets de CPTS. Ce sont de nouvelles manières de travailler, davantage en collaboration et plus à l’écoute des besoins de chaque porteur.

HG : En deux ans, nous avons fait beaucoup pour le déploiement des CPTS.  Nous essayons de nous adapter aux besoins, évolutifs, que nous font remonter les professionnels.

Pour les institutions, mais aussi pour les porteurs de projet, il s’agit d’apprendre à rentrer dans un mode d’organisation et de travail flexible, ouvert, en s’adaptant toujours aux besoins du terrain.

Le mot de la fin : je vois que cette mission vous tient particulièrement à cœur à toutes les deux. Pourquoi ?

ML : Je suis contente de travailler sur une thématique dont les professionnels de santé se sont eux-mêmes emparés et qui a du sens pour eux. Ma plus-value, c’est d’apporter du cadre et des outils à quelque chose de nouveau, tout en essayant de rester créatif dans les choix qui s’offrent à nous. J’apprécie aussi beaucoup de travailler en binôme rapproché avec Hélène qui m’apporte sa connaissance du terrain et avec les délégations départementales qui rendent possible la mise en place des CPTS.

HG : Ce qui me plait c’est d’être à l’écoute du terrain. J’y attache une importance particulière.. Aujourd’hui, je trouve mon épanouissement professionnel dans le travail de groupe que nous menons avec les délégations, les directions métiers et aussi avec ce nouveau binôme que nous formons Marie et moi.