Soutien de l’Agence régionale de santé Provence-Alpes-Côte d’Azur aux établissements et à tous les professionnels de santé face à la montée de la violence anti-vaccin et anti passe-sanitaire

Communiqué de presse
communiqué de presse

La peur fait partie des ingrédients qui accompagnent la crise que nous traversons depuis 18 mois.

Beaucoup l’ont bravé avec courage, je pense aux soignants, aux professionnels qu’on a dits de première et de seconde ligne et je tiens à les en remercier.

D’autres ont plus de difficulté à trouver leur place dans ce contexte plus inquiétant qu’auparavant, fait d’incertitude. On peut le comprendre. Certains sont perdus, d’autres indécis, et enfin, des colères s’expriment. Dans notre démocratie, nous avons la chance que cette colère puisse s’exprimer dans la rue.

Il y a enfin des personnes qui cherchent à utiliser ces désarrois pour leur gloire personnelle ou pour la promotion d’idéologies extrémistes. Pour ces personnes et ces groupes, tous les moyens sont bons, même les plus odieux. Ces derniers sont dangereux.

Non, tous les moyens ne sont pas permis. La violence et l’incitation à la violence sont des délits, des crimes parfois, il faut apparemment le rappeler aujourd’hui.

L’usage des mots semble avoir perdu ses repères pour certains : références fallacieuses aux périodes les plus sinistres de notre histoire, dénonciation des supposées élites, attaques à caractère antisémite. Et ces mots ont un impact sur les actes : comme à lhôpital de Digne-les-Bains ce week-end où on a tenté d’envahir les locaux de soins, comme à Gap précédemment ou encore comme à Marseille, au domicile présumé du directeur général de l’Assistance-Publique-Hôpitaux de Marseille, murs tagués copieusement d’insultes ignobles, ou encore autour des bâtiments de l’Agence régionale de santé Paca avec une volonté affichée de chasse aux sorcières. A toutes et à tous, l’ARS Paca apporte son soutien.

On mesure le décalage entre ces actions inadmissibles et la réalité de l’engagement des personnes qui en sont victimes. Elles sont insupportables. Elles doivent être condamnées.

L’ARS Paca dénonce avec force les comportements que la peur ne peut justifier. Elle appelle au respect de l’esprit républicain et au civisme. La responsabilité et la solidarité générale doivent prévaloir. Et ceci s’impose envers les soignants et les institutions, envers tous ceux qui, depuis de nombreux mois font preuve de courage, d’ouverture et d’engagement pour la santé de nos concitoyens, pour protéger chacun de l’épidémie qui nous accable.


Philippe De Mester

Directeur général