Une agence, pour une meilleure santé

Un deuxième cas de Zika diagnostiqué dans le Var.

Communiqué de presse
Visuel
communiqué
Une personne atteinte de l’infection à virus Zika vient d’être diagnostiquée dans le Var. Ce qui porte à 2 le nombre de cas autochtones de Zika dans le département. Ces personnes sont aujourd’hui guéries.
Corps de texte

On parle de cas autochtone quand la personne a contracté la maladie sur le territoire national. Ces cas sont à distinguer des cas importés qui ont contracté la maladie à l’occasion d’un voyage en zone contaminée. Ce cas importé, à ce jour non identifié, est donc à l’origine de cette transmission. L’infection à virus Zika est une maladie qui se transmet de personne à personne par l’intermédiaire d’une piqûre de moustique tigre, à condition que ce dernier soit porteur du virus. Une transmission par voie sexuelle est également possible.

La nouvelle personne atteinte habite à Hyères, dans le même quartier que le premier cas autochtone de Zika, signalé par l’Agence régionale de santé (ARS) Paca le 9 octobre dernier. Ce second cas a été identifié suite à l’enquête qui a été réalisée le 10 octobre par l’ARS Paca et Santé publique France auprès du voisinage. C’est ce que l’on appelle un « foyer localisé » de circulation du virus. Ces 2 personnes ont contracté la maladie suite à une piqûre de moustique tigre.

Que fait-on quand une personne est diagnostiquée ?

L’Agence régionale de santé, Santé publique France et l’Entente Interdépartementale de Démoustication (EID) Méditerranée poursuivent leurs investigations (entomologique et épidémiologique) pour éviter la propagation de la maladie.

Des actions de lutte antivectorielle ont été mises en œuvre par l’EID Méditerranée, sous l’égide du conseil départemental, dans le quartier de résidence des deux personnes atteintes : recherche du moustique tigre, démoustication, placement de pièges à moustiques. Toutes ces actions ont été précédées d’une campagne d’information de la population résidant dans le quartier concerné. En parallèle, les actions de surveillance épidémiologique ont été renforcées pour identifier les  personnes qui pourraient être également infectées. Les hôpitaux, les médecins généralistes, les gynécologues, les sages-femmes et les laboratoires d’analyse médicale du secteur ont été contactés pour repérer les personnes qui pourraient présenter les symptômes du Zika et les signaler à l’ARS.

Par ailleurs, pour une meilleure compréhension de cet épisode, l’ARS et SPF réaliseront une enquête de terrain complémentaire auprès de la population du quartier dans les semaines qui viennent.

Comment l’infection à virus Zika se manifeste-t-elle ?

Dans 70 à 80 % des cas, les personnes infectées par le virus ne développent aucun symptôme. Lorsqu’ils sont présents les symptômes peuvent associer une fièvre peu élevée, des maux de tête, des courbatures avec une éruption cutanée. La fièvre peut être absente. Il est également possible d’observer une conjonctivite et une douleur derrière les yeux. L’évolution est généralement favorable avec une guérison spontanée en 2 à 7 jours sans séquelles.

En cas d’infection par le virus Zika chez une femme enceinte, le virus peut être transmis au fœtus et provoquer dans un faible pourcentage de cas, des complications chez le fœtus. 

  • Consultez votre médecin traitant en présence de symptômes évocateurs (éruption cutanée, douleurs  musculaires ou articulaires, fièvre, fatigue, maux de tête). 
  • Pour les femmes enceintes qui ont fréquenté à partir du 1er juillet 2019 le quartier où la transmission de Zika a été identifiée (voir limites de la zone à risque dans la carte ci-dessous), il est conseillé, même en l’absence de symptôme, de consulter leur médecin traitant. 
  • Pour les hommes qui ont fréquenté à partir du 1er juillet 2019 le quartier où la transmission de Zika a été identifiée (voir limites de la zone à risque dans la carte ci-dessous), et dont la partenaire est enceinte, il faut, durant toute la grossesse utiliser systématiquement un préservatif lors des rapports sexuels, ou évitez tout rapport sexuel non protégé, et consulter son médecin dès que possible.

Protégez-vous des piqûres de moustiques en : 

  • portant des vêtements couvrants et amples, voire en les imprégnant d'insecticide pour tissus ;
  • utilisant un répulsif cutané en soirée, conseillé par votre pharmacien, sur les zones de peau découvertes ;
  • utilisant les climatiseurs ou les ventilateurs qui gênent les moustiques ;
  • si nécessaire, en utilisant des grillages-moustiquaires sur les ouvertures (portes et fenêtres) ;
  • dormant sous des moustiquaires, qui peuvent également être imprégnées d'insecticide pour tissus. Il existe des moustiquaires à berceau pour les nouveau-nés ;
  • utilisant les diffuseurs électriques à l'intérieur des habitations ou des serpentins insecticides uniquement en extérieur.

Eviter la prolifération du moustique-tigre en :

  • couvrant les réserves d’eau avec de la moustiquaire ou du tissu afin de les rendre hermétiques ;
  • vidant ou rangeant tout récipient pouvant contenir de l'eau ;
  • nettoyant les gouttières et caniveaux ;
  • évitant les dépôts sauvages de déchets.

Aller plus loin