Vaccination contre la Covid-19 : quelle stratégie ?

Actualité
Date de publication
Visuel
stratégie vaccination Covid
La campagne de vaccination contre la Covid-19 a débuté le 27 décembre 2020. Elle va se poursuivre suivant les différentes phases prévues dans l’avis de la Haute Autorité de santé (HAS) tout au long de l’année 2021.
Corps de texte

Le déploiement de la vaccination se fait progressivement suivant une logique simple : priorité donnée aux publics les plus vulnérables au virus et les plus susceptibles de développer des formes graves de la maladie.

Les professionnels de santé sont au cœur de cette campagne : ils sont en première ligne pour répondre aux questions que se posent leurs patients, vérifier leur éligibilité à la vaccination et leur délivrer une information complète et loyale sur la vaccination, ses bénéfices attendus et ses risques d’effets secondaires.

La stratégie vaccinale mise en place doit permettre de :

  1. faire baisser la mortalité et les formes graves de la maladie
  2. protéger les soignants et le système de soins
  3. garantir la sécurité des vaccins et de la vaccination

La vaccination est gratuite et non obligatoire.

Qui peut se faire vacciner ?

  • personnes âgées de 75 ans et plus vivant à domicile
  • professionnels de santé (et autres professionnels des établissements de santé et des établissements médico-sociaux intervenant auprès de personnes vulnérables), y compris les professionnels libéraux, les aides à domicile intervenant auprès de personnes âgées et handicapées vulnérables et les sapeurs-pompiers, lorsqu’ils ont plus de 50 ans et / ou des comorbidités.
  • personnes ayant une pathologie qui les expose à un très haut risque face à la Covid-19 et disposant d’une ordonnance médicale pour se faire vacciner prioritairement.
  • personnes âgées en établissements : établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad), unités de soins de longue durée (USLD), résidences autonomie, résidences services séniors ;
  • personnes en situation de handicap vulnérables hébergées en maisons d’accueil spécialisées et foyers d’accueils médicalisées ;

 

Infographie : qui peut se faire vacciner contre la Covid-19

Les patients particulièrement vulnérables à la Covid concernés sont les suivants :

  • atteints de cancer et de maladies hématologiques malignes en cours de traitement par chimiothérapie
  • atteints de maladies rénales chroniques sévères, dont les patients dialysés
  • transplantés d’organes solides
  • transplantés par allogreffe de cellules souches hématopoïétiques
  • atteints de poly-pathologies chroniques, selon le critère suivant : au moins deux insuffisances d’organes
  • atteints de certaines maladies rares (voire liste sur le site du ministère de la santé)
  • atteints de trisomie 21

La liste des comorbidités pour les professionnels de santé est la suivante :

  • L’obésité (IMC>30), particulièrement chez les plus jeunes ;
  • La BPCO et l’insuffisance respiratoire ;
  • L’hypertension artérielle compliquée ;
  • L’insuffisance cardiaque ;
  • Le diabète (de type 1 et de type 2) ;
  • L’insuffisance rénale chronique ;
  • Les cancers et maladies hématologiques malignes actifs et de moins de 3 ans ;
  • Le fait d’avoir une transplantation d’organe solide ou de cellules souches hématopoïétiques ;
  • La trisomie 21.

Liste de pathologies rares justifiant une vaccination en très haute priorité contre la COVID-19

Et si un patient a déjà eu la Covid ?

S’agissant des personnes ayant déjà développé une forme symptomatique de la Covid-19, la HAS souligne qu'il n'y a pas lieu, à ce stade, de vacciner systématiquement ces personnes. Celles-ci doivent toutefois pouvoir être vaccinées si elles le souhaitent à l'issue d'une décision partagée avec le médecin. Dans ce cas, la HAS recommande de respecter un délai minimal de 3 mois après le début des symptômes avant de procéder à la vaccination et de ne pas vacciner en présence de symptômes persistants.

Trois principes : gratuité, liberté et sécurité

La vaccination est gratuite pour tous car aucun patient ne doit renoncer à se faire vacciner pour des raisons financières.

Elle n'est pas obligatoire et repose sur une décision partagée entre le patient et son médecin. Ainsi, le consentement doit être recueilli au préalable et tracé dans le dossier médical du patient. Dans ce cadre, une consultation de pré-vaccination va être mise en place (informations complémentaires à venir prochainement). Cette consultation médicale pourra, selon les cas, être immédiatement suivie de la vaccination.

La vaccination se fait dans le strict respect de toutes les règles qui encadrent l’utilisation des produits de santé en France. Dans le cadre de la campagne nationale de vaccination contre la Covid-19, l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) met en place un dispositif spécifique de surveillance renforcée des effets indésirables des vaccins anti-Covid-19 sur le territoire français. Sur signalement-sante.gouv.fr, les professionnels de santé et les usagers pourront signaler tout effet indésirable à la suite d’une vaccination.