Une agence, pour une meilleure santé

Addictions

Article
Visuel
Image Source
Addictions
Une conduite addictive est un processus par lequel un comportement, pouvant permettre à la fois une production de plaisir et écarter ou atténuer une sensation de malaise interne, est employé d'une façon caractérisée par l'impossibilité répétée de contrôler ce comportement et sa poursuite, en dépit de la connaissance de ses conséquences négatives.
Corps de texte

L’ARS s’inscrit dans le cadre d’une prévention contre toutes formes d’addictions, et finance un certain nombre de projets.

A titre d’exemple, on peut citer les projets suivants :

L’Association nationale de prévention en alcoologie et addictologie met en place des actions de prévention des conduites addictives et des comportements à risques auprès des jeunes hors établissements publics de l’éducation nationale…sensibilisation, prévention, action et formation dans les départements des Bouches-du-Rhône et du Vaucluse.

Action de prévention et de réduction des risques en milieu festif et dans les habitats précaires auprès des jeunes usagers de produits psychoactifs en Paca mis en place par Médecins du monde dans le cadre de la mission réduction des risques méditerranée.

Action de prévention des conduites addictives dans les établissements scolaires, les établissements d’enseignement professionnel et des structures de formation dans le département du Vaucluse mis en place par l’Accueil vauclusien aide et prévention des toxicomanies.

Les drogues sont des substances psychoactives, leur consommation a pour effet immédiat de modifier les perceptions, l’humeur et le comportement.
Ces effets varient selon les substances, les quantités, la fréquence et la durée des consommations et sont aussi modulés par des facteurs individuels.

La consommation régulière peut avoir un retentissement sur les activités, les relations et la vie personnelle : c’est ce qui définit un usage nocif.

La dépendance est la situation dans laquelle se trouve la personne qui ne peut plus se passer du produit sans ressentir un manque d’ordre physique et/ou psychique.

De plus, certaines substances comportent des risques à court terme (overdose, accidents, violence) ou à long terme pour l’organisme, notamment des cancers, des maladies respiratoires ou cardiovasculaires.

Concernant le cannabis coexiste une interdiction légale doublée de données de plus en plus inquiétantes sur sa dangerosité et une forme d’acceptation sociale telle que les jeunes ne se cachent plus pour fumer.

La région Paca est confrontée à des usages plus répandus du cannabis, et à des expérimentations plus fréquentes des produits à inhaler (LSD, cocaïne) dans cette population.

La consommation d’alcool des jeunes est très différente de celle de leurs aînés.

Les chiffres de l’Inpes/ofdt mettent en lumière une initiation au produit de plus en plus précoce (à 15 ans, 84% des jeunes ont expérimenté l’alcool).

La préoccupation la plus souvent mentionnée c’est le rapport à l’alcool et la banalisation de la consommation de produit psychoactif. Les jeunes ont des consommations ponctuelles excessives importantes.

On constate par ailleurs des phénomènes d’ivresse et de binge drinking, que l'on peut traduire par « hyperalcoolisation », qui sont en hausse. (NB : le phénomène de binge drinking n’est ni nouveau, ni majoritaire dans le mode de consommation des jeunes).

Leur mode de consommation entraîne des risques spécifiques pour les plus jeunes, à savoir : risques d’accidents (routiers, de la vie courante,…), malaises, comas éthyliques, violences, risques sexuels.

  • Accorder la priorité aux populations les plus exposées, en se basant sur les données existantes.
  • Former les professionnels en contact avec ces publics pour en faire des relais de prévention.
  • Développer le repérage précoce.
  • Articuler la prévention et l’accès aux soins. Tout acteur de prévention doit connaître les structures de premier recours de son secteur d’intervention. Les personnes intervenant auprès de consommateurs doivent pouvoir accompagner ceux qui le souhaitent dans une démarche de soins.
  • Avoir une vision globale en addictologie, ce qui signifie une approche centrée sur la notion d’addictologie, un continuum de la prévention à la réinsertion sociale et la reconnaissance du rôle de l'entraide et de l'autosupport.