Parcours santé et addictions

Article
Visuel
Addictions
Les addictions, avec ou sans substance, sont un problème de santé publique majeur avec de forts impacts sanitaires, économiques, sociaux et humains. Chaque année, elles sont à l’origine de 100 000 décès prématurés et elles interviennent directement dans 30% de la mortalité précoce.
Corps de texte

Qu’est-ce que l’addiction ? L’addiction est un processus dans lequel un comportement susceptible de procurer du plaisir et d’apaiser des tensions internes entraine une perte de contrôle qui persiste en dépit des conséquences négatives.

EN CHIFFRES

La région Paca se démarque par une plus forte consommation quotidienne de tabac chez les adolescents comme chez les adultes ainsi que des usages plus répandus du cannabis (30 000 usagers réguliers de 15 à 25 ans), et à des expérimentations plus fréquentes des produits à inhaler tels que le LSD ou la cocaïne.

En France,

  • Le tabac tue 73 000 personnes par an en France
  • L’alcool tue 50 000 personnes par an en France
  • Les drogues illicites tuent 1 600 personnes

Le portrait de territoire de l’Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT)

En 2018, l’ARS Paca a missionné l’OFDT pour réaliser un portrait de territoire qui dresse un état des lieux complet des consommations de substances psychoactives et de l’offre médico-sociale dans le champ des addictions. Télécharger le rapport

L’organisation du parcours santé et addictions : la stratégie de l’ARS Paca

La réflexion conduite sur le parcours santé et addictions est un continuum, elle prend en compte la prévention, le repérage précoce, la réduction des risques et des dommages, l’accès aux soins, la prise en charge jusqu’à l’accompagnement à l‘insertion dans la société.

Le parcours s’organise autour de 5 objectifs :

  • développer les compétences psychosociales ;
  • renforcer les actions de prévention ;
  • améliorer le repérage et élargir la réduction des risques et des dommages ;
  • fluidifier les prises en charge ;
  • accompagner et participer à la réinsertion des personnes concernées.

Une animation territoriale autour du parcours santé et addiction

Dans la cadre de l’organisation du parcours santé et addictions, l’ARS Paca anime 6 groupes de travail qui impliquent les acteurs de santé concernés autour des thématiques suivantes :

  1. Le développement de la formation des professionnels
  2. L’observation des pratiques et des usages
  3. L’amélioration de la prévention des dispositifs ambulatoires
  4. L’évolution de l’offre de santé et l’aller vers
  5. La réduction du tabagisme
  6. L’étude des pathologies duelles (comorbidités psychiatrique-addiction)

L’animation de réseaux de santé spécialisés en addictologie

L’ARS Paca a accompagné également la mise en place de 3 réseaux de santé afin de favoriser la coordination et l’appui aux professionnels de santé de 1er recours : Addiction 06, Resad 84, Dicadd 13. L’objectif est de déployer une couverture dans les 3 autres départements de la région.

Le développement des compétences psychosociales est indispensable dans la promotion de la santé et du bien-être des personnes. Elles favorisent l’estime de soi et les choix favorables à sa propre santé.

Déclinaison du programme Unplugged auprès des jeunes

Unplugged est un programme de prévention en milieu scolaire. Il vise à prévenir les conduites addictives en mettant notamment l’accent sur l’alcool, le tabac, le cannabis et les écrans. Ce programme est destiné à des adolescents de 12 à 14 ans. Il comprend 12 séances interactives d’une heure (plus deux séances avec les parents), menées par des enseignants formés. Le travail porte d’abord sur des aptitudes intra-personnelles, la confiance en soi, l’expression de soi et le respect des autres. Il invite également à décrypter les attitudes positives et négatives à l’égard des produits, les influences et attentes du groupe, les croyances et la réalité sur les produits et leurs effets, tout en ayant un œil critique (sur ce que disent les uns, la publicité…).

L’ARS Paca met en place des actions de prévention auprès de tous les publics : jeunes, personnes démunies, femmes enceintes…

Un fond de lutte contre les addictions

Alcool, tabac, drogues ou médicaments pyschotropes… le fond de lutte contre les addictions a vocation à financer des actions de prévention (23 en 2019) portant sur l’ensemble des produits psychoactifs :

  • le tabac dans une logique de poursuite et d’amplification de la dynamique lancée en 2018, l’objectif étant de maintenir un haut niveau d’engagement sur cette priorité de santé publique ;
  • l’alcool ;
  • les autres substances psychoactives, avec une priorité accordée au cannabis notamment pour ses interactions fortes avec le tabac.

Un plan régional de réduction du tabagisme  

L’ARS décline en région Paca le plan national de lutte contre le tabagisme au travers d’actions concrètes :

  • le renforcement des actions de prévention auprès des jeunes ;
  • le soutien à la démarche « Lieux de santé tabac » ;
  • la mobilisation des collectivités pour développer des espaces publics sans tabac (plages, parcs etc.) ;
  • la promotion du mois sans tabac ;
  • la structuration de l’offre de repérage et d’aide au sevrage tabagique au sein des structures existantes ;

Pour connaitre toutes nos actions, téléchargez le plan régional de réduction du tabagisme.

Zoom sur : écrans et cyberaddictions, des formations pour les professionnels de santé

L'ARS Paca a souhaité mettre en place un dispositif de formation régional sur le thème des « écrans et cyberaddictions » à destination des professionnels des CSAPA afin de répondre aux besoins remontés du terrain. Cette action a été confiée à Addiction Méditerranée. L’objectif : fournir des repères qui permettent aux professionnels d’intervenir plus efficacement auprès des joueurs et des utilisateurs des technologies.

4 sessions de formation ont été organisées en 2018 à Gap, Toulon, Avignon et Nice

La politique de réduction des risques et des dommages en direction des usagers de drogue vise à prévenir la transmission des infections, la mortalité par surdose d’injection intraveineuse et les dommages sociaux et psychologiques liés aux stupéfiants. En savoir plus sur le site du ministère

Des formations au "Repérage précoce et intervention brève" destinées aux professionnels de santé

L’ARS Paca accompagne chaque année l’organisation de formations afin de sensibiliser les professionnels au repérage précoce des addictions Repérage précoce et intervention brève (RPIB). En 2018, elle a notamment organisé 3 formations en partenariat avec la Fédération Addiction.

Le dispositif  recherche-action « Accompagnement et éducation aux risques liés à l'injection » AERLI et son programme « Outsider »

La politique en matière de réduction des risques liés à l’usage de drogues a contribué à réduire l’épidémie de VIH chez les consommateurs de produits psychoactifs par voie intraveineuse. Le programme Outsider propose des formations en partenariat avec Aides et avec le soutien de l’ARS pour accompagner à la consommation.

L’accès au matériel d’injection pour les usagers de drogues par intraveineuse

En région Paca, un dispositif de RDR à distance est porté par le Centre d’accueil et d’accompagnement à la réduction des risques pour usagers de drogues (Caarud Le Patio) à Avignon. Il propose, sur l’ensemble de la région, l’envoi postal de matériel stérile aux usagers de drogues qui le souhaitent. L’objectif : limiter les risques lors de l’usage de drogue.

Actions de réduction des risques et des dommages avec l’association SANTé !  

Créée en 2013, l'association « Santé ! » développe un projet innovant en matière de réduction des risques et des dommages (RDRD) pour des personnes consommatrices d'alcool, en leur offrant une alternative au sevrage. L’objectif des travaux et de la méthode d’intervention est à la fois de permettre aux personnes concernées d’améliorer leur qualité de vie, de faciliter leur parcours de soins pour s’engager dans une démarche de rétablissement et également de permettre aux professionnels de santé de disposer d’une méthode et des outils afin d’améliorer leurs propositions d’accompagnement.

Le programme d’éducation thérapeutique (ETP) choizitaconso©

Ce programme permet de retrouver des mécanismes protecteurs vis-à-vis de la consommation d’alcool. Il propose une alternative aux usagers qui souhaitent retrouver leur capacité à consommer sans dommage, ou le moins possible. Il contribue à les aider à sortir de la spirale de l’abstinence et de la rechute à répétition qui entrainent des dommages neurologiques et sociaux. Le programme apprend à maitriser la consommation d’alcool et pour certain, à accéder à des étapes intermédiaires, avant un projet réaliste d’abstention.

L’ARS Paca a pour mission d’organiser l’offre de soin de la région. Pour cela, elle finance et accompagne le fonctionnement de structures de proximité, d’unités hospitalières ou d’offres de prise en charge innovantes tels que la télémédecine. L’objectif : éviter les ruptures de parcours en favorisant la coordination entre acteurs de santé et en faisant évoluer l’offre en cohérence avec les besoins de la population.

Les dispositifs spécialisés en ambulatoire

  • les centres de soins, d’accompagnement et de prévention en addictologie (Csapa) ont pour mission d’assurer les actions de prévention et de soins aux personnes atteintes d’addiction et accueille et leur entourage,
  • les centres d’accueil et d’accompagnement à la réduction des risques pour usagers de drogues (Caarud) sont des structures médico-sociales destinées à accueillir des usagers de drogues,
  • Les consultations jeunes consommateurs (CJC) sont dédiées à la consommation de cannabis,
  • Les appartements de coordination thérapeutique (ACT) proposent un hébergement et un accompagnement pour les personnes les plus en difficulté,
  • Les lits halte soins santé (LHSS) proposent un hébergement ponctuel pour les personnes démunies.

EN CHIFFRES

  • 31 centres de soins, d’accompagnement et de prévention en addictologie (CSAPA)
  • 13 centres d’accueil et d’accompagnement à la réduction des risques pour usagers de drogues (CAARUD)

Pour les personnes en difficulté spécifique :

  • 325 places d’appartement de coordination thérapeutique  (ACT)pour les personnes en difficultés. En 2020, 100 places supplémentaires seront ouvertes à Marseille dans le cadre du dispositif Housing First.
  • 137 places de lit halte soins santé (LHSS)
  • 38 places de lit d’accueil médicalisé (LAM)

Le développement des microstructures

Les microstructures sont des dispositifs de proximité visant à favoriser l’accès aux soins des personnes présentant des conduites addictives.

Dans les Bouches-du-Rhône, 3 microstructures sont implantées dans trois cabinets de ville, et impliquent six médecins généralistes libéraux. Elles sont portées depuis 2016 par l’association Bus 31/32 et proposent aux patients un suivi psychologique et un accompagnement social. En 2018, 200 patients ont bénéficié de cette prise en charge pluridisciplinaire. En savoir plus

Les équipes mobiles et la télémédecine pour offrir un accès aux soins spécialisés dans les territoires reculés

Dans les Alpes-Maritimes les professionnels experts en addictologie sont majoritairement situés sur le littoral. C’est pourquoi Le réseau Addiction 06 expérimente avec le soutien de l’ARS, la mise en place d’une offre de télémédecine qui permet aux médecins généralistes des Maisons de santé pluridisciplinaires de rentrer en contact rapidement avec les experts en addictologique du territoire.

La feuille de route « Prévenir et agir face aux surdoses d’opioïdes »

Les usages problématiques d’opioïdes recouvrent une diversité de personnes et de situations, souvent compliquées par des maladies et des vulnérabilités associées. Les personnes souffrant de douleurs chroniques ou aiguës et les personnes dépendantes aux opioïdes, doivent pouvoir bénéficier d’une prise en charge globale et adaptée à leur situation. Télécharger la feuille de route

Dispositif au sein d’établissements de soins

Les consultations hospitalières en addictologie et les équipes de liaison et de soins en addictologie (Elsa) ont pour mission de repérer et de faciliter l'accès aux soins des personnes présentant des pathologies addictives et de sensibiliser les personnels de santé à ce type de problématiques.

Elles exercent des fonctions d’accueil, d’écoute, d’évaluation et d’accompagnement et travaillent en partenariat avec les services d’hospitalisation capables de réaliser des sevrages simples. Les consultations hospitalières et les Elsa orientent certains patients en fonction de leurs besoins :

  • vers un hôpital de jour qui constitue une alternative à l’hospitalisation complète ;
  • vers des unités spécialisées en addictologie, pour des sevrages simples ou complexes ;
  • vers un SSRA (service de soins de suite et de réadaptation en addictologie), prend le relais des soins et d’un sevrage hospitalier ou ambulatoire afin de réduire ou prévenir les conséquences fonctionnelles, physiques, cognitives, psychologiques, et sociales des personnes ayant une conduite addictive et de faciliter leur réadaptation.

EN CHIFFRES

La région Paca compte 31 consultations hospitalières, 22 Elsa (dont 3 en établissements psychiatriques), 32 lits sevrages simples pour les prises en charge de premier niveau.

Elle compte 75 lits sevrage complexes, 39 places en hôpital de jour, 112 places SSR pour les sevrages plus complexes.

L’addiction peut entrainer l’isolement des personnes concernées. Souvent, ce sont les personnes les plus démunies qui sont les plus touchées. Aussi, une des missions de l’ARS Paca est d’accompagner ces personnes dans l’insertion et la réinsertion sociale.

Avec les dispositifs Housing First et Working First, l’ARS Paca finance l’accès à un logement et l’accompagnement à la recherche d’un emploi.

Le dispositif Travail alternatif payé à la journée (Tapaj)

Ce dispositif propose aux jeunes en errance une entrée progressive mais immédiate dans le monde du travail. En région Paca, il est porté par SOS solidarité avec le soutien de la Mission interministérielle de lutte contre les drogues et les conduites addictives (MILDECA). En savoir plus

Lutter contre la stigmatisation

Un grand nombre d’usagers de drogues décrivent un vécu de la stigmatisation ou de rejet par rapport aux pratiques d’injection, y compris dans les centres de soins, ce qui diminue leurs recours aux soins. Les usagers ayant une dépendance à l’alcool souffrent également de discrimination (notamment les femmes, les personnes âgées, dans le monde du travail…). L’ARS Paca souhaite donc agir sur les représentations sociales des professionnels et du grand public sur l’addictologie et les dispositifs d’insertion par des actions de formation des professionnels de santé et d’information du grand public.