Une agence, pour une meilleure santé

Qualité et sécurité des soins bucco-dentaires

Etude et rapport
Date de publication
Visuel
Une personne en soin dentaire
Crédit : Phovoir
L’activité de médecine bucco-dentaire et le risque infectieux associé aux actes chirurgicaux doivent conduire les praticiens à prendre conscience des risques et des principes d'hygiène et de stérilisation à mettre en œuvre.
Corps de texte

La plupart des actes en médecine bucco-dentaire sont invasifs exposant à un risque de transmission d’agents infectieux et plus particulièrement de virus comme le VIH et les virus des hépatites B et C.

Il existe des précautions standards à appliquer de manière systématique afin d’assurer la protection des professionnels et des patients. Ces mesures sont basées sur le principe que le sang, les liquides biologiques (souillées ou non par du sang), les produits d’origine humaine, la peau lésée et les muqueuses, peuvent être à l’origine de la transmission de microorganismes.

L’ARS Paca met à votre disposition les différents référentiels de sécurité et de qualité des soins pour vous accompagner dans vos pratiques professionnelles. Cette démarche vise à instaurer ou renforcer une dynamique d’amélioration continue de l’organisation et de la dispensation des soins et services médicaux dans les centres de santé dentaire.

Les guide de l’ADF

L’association dentaire française (ADF) publie des guides pratiques à destination des professionnels. Pour télécharger les référentiels de prévention des infections associées aux soins, consultez leur site internet.

Voir les publications de l'ADF

Pour rappel, l’article L.3114-6 du code de la santé publique confirme sans exception que « les professionnels de santé exerçant en dehors des établissements de santé, veillent à prévenir toutes les infections liées à leur activités de prévention, de diagnostic et de soins ».

De même, les articles R.4127-204 et R.4127-269 du code de la santé publique précisent clairement que le chirurgien-dentiste ne doit en aucun cas exercer sa profession dans des conditions susceptibles de compromettre la qualité des soins et la sécurité des patients grâce à l’installation et la mise en œuvre de moyens techniques répondant aux règles en vigueur concernant l’hygiène.

Ainsi, la Direction générale de la santé et la Haute autorité de santé ont publié à l’adresse des praticiens des recommandations sous forme de guides qui sont considérés comme faisant partie des « données acquises de la science ». Il appartient aux professionnels de respecter ces recommandations.