Une agence, pour une meilleure santé

Santé mentale : la stratégie en région Paca

Article
Visuel
politique-sante-mentale
Les questions de santé mentale sont longtemps restées une affaire de spécialistes. Désormais, le handicap psychique est devenu une priorité nationale, mettant la santé mentale au cœur de notre politique de santé publique.
Corps de texte

Un nouveau paradigme de prise en charge fondé sur les droits des patients

Une feuille de route de santé mentale a été publiée en juin 2018 par la Ministre des Solidarités et de la santé avec 3 axes :

  • promouvoir le bien-être,
  • garantir un parcours de soins de qualité,
  • améliorer l’inclusion sociale

Cette feuille de route s’accompagne de 37 actions concrètes dont la mise en place sera assurée par un le délégué ministériel, Frank Bellivier.

Promouvoir des pratiques orientée rétablissement

La notion de rétablissement et les pratiques dites « orientées vers le rétablissement » se sont développées face à la prise de conscience que 1/3 des personnes atteintes des troubles en santé mentale peut se rétablir dans les premières années après l’apparition des troubles. Des troubles qui sont d'ailleurs souvent intermittents.  

Les pratiques orientées rétablissement ont connu un essor considérable dans le monde. En France, la région Paca est un des territoires les plus dynamiques en termes d’implantation de nouvelles pratiques orientées rétablissement.

Malgré un niveau de rétablissement important des troubles psychiques et des pathologies psychiatriques, les conséquences sociales de ces troubles sont souvent très dévastatrices (violence subie, isolement, exclusion, appauvrissement, divorce, perte de la garde de ses enfants, perte d’emploi, arrêt des études) et maintiennent les gens en situation de handicap psycho-social.

Il est parfois plus difficile pour les gens de guérir des conséquences sociales de leur maladie que de la maladie elle-même.

Lire notre dossier sur la lutte contre la stigmatisation en santé mentale

Les actions de l’ARS Paca sont motivées par plusieurs constats :

  • Un coût économique très important : les troubles mentaux (maladies psychiatriques ou consommations de psychotropes) représentent le premier poste de dépenses du régime général de l’assurance maladie : soit 19,3 milliards d’euros.
  • Le coût économique et social des troubles mentaux est évalué à 109 milliards d’euros
    Lire notre dossier Logement et santé mentale
  • Une surmortalité et une mauvaise qualité de vie : En moyenne l’espérance vie des personnes vivant avec un trouble psychiatrique sévère est inférieure de 10 à 25 ans
  • Des droits non respectés et des « victimes accusées » : les soignants témoignent de plus en plus librement de leurs difficultés à pratiquer une psychiatrie respectueuse des droits. Les patients quant à eux sont souvent victimes de stigmatisation alors même qu’ils sont 10 fois plus agressés physiquement et 100 fois plus victimes de vols.
  • Des pratiques encore trop éloignées des bonnes pratiques : alors que 80% des personnes sont suivies en ambulatoire seulement un tiers du budget de la psychiatrie est utilisé pour les soigner (2/3 pour l'hospitalisation).

Lire notre dossier sur les enjeux en matière de santé mentale

La stratégie de l’ARS Paca en matière de santé mentale

La stratégie peut se résumer en deux fils rouges indissociables :

  • un meilleur respect des droits des personnes vivant avec un trouble psychique,
  • une implantation progressive des bonnes pratiques en santé mentale.

L’ARS dispose d’outils d’animation et d’actions territoriales spécifiques : 

Une stratégie de changement via des actions nouvelles

Des projets nouveaux à fort levier de changement ont été identifiés et sont accompagnés par l’ARS Paca.  Ces projets seront complétés par une logique d’amélioration des bonnes pratiques au sein des établissements.

Nos actions prioritaires

Une stratégie de contrôle qualité, de repérage et diffusion des bonne pratiques et du respect des droits des personnes, doit être systématisée via une méthode qui reste à construire.

  • Mise en place d’un centre référent régional sur la réhabilitation et le rétablissement
    Il sera aidé dans ses missions de diffusion des bonnes pratiques par une plateforme régionale de travailleurs pairs expérimentale
  • Mise en place d’un centre régional référent sur le psycho-trauma.
  • Une e-plateforme en santé mentale dans le but à la fois d’informer mais aussi d’aider à l’implantation des bonnes pratiques. Des équipes référents seront identifiées pour aider les acteurs de terrain.
  • Une plateforme d’appui à la défense des droits des usagers en santé mentale et en addiction

Une politique de formation sur le rétablissement et les bonnes pratiques

  • Une démarche de formations initiales thématiques
  • Une politique de formation continue (DU rétablissement, DIU bonnes pratiques, licence de médiateur pairs).
L’exemple du Centre de formation au rétablissement (Cofor) : les personnes concernées ne sont plus dans un rôle passif de malade, mais s’approprient un rôle valorisé d’étudiant, construisant leur parcours de formation personnalisé, choisissant des cursus de formation conçus comme des outils de connaissance de soi, de ses troubles et des moyens d’y faire face, pour elles-mêmes et avec leurs pairs.