Une agence, pour une meilleure santé

Surveillance épidémiologique de la dengue, du chikungunya et du zika

Article
Visuel
Moustique tigre
Le chikungunya, la dengue et le zika sont des maladies à transmission vectorielle. Leur transmission s’effectue de personne à personne par l’intermédiaire de moustiques infectés. En France métropolitaine, le moustique vecteur est l'Aedes albopictus (moustique tigre). En tant que professionnel de santé, vous trouverez ici toutes les informations et documents utiles pour déclarer ces maladies.
Corps de texte

Comment se transmettent ces maladies ?

Une personne infectée est « contaminante pour les moustiques » au moment où le virus est présent dans son sang, c'est-à-dire pendant la phase virémique de l'infection. Celle-ci commence 2 jours environ avant le début des signes cliniques, et dure jusqu’à 7 jours après. Pendant cette période il faut éviter qu’une personne malade ne se fasse piquer, et transmette ainsi le virus à d’autres moustiques. Ceci dans le but d’empêcher qu'un cycle de transmission virale se développe dans l’entourage des malades.
Pour le zika, il existe également, en dehors de la transmission vectorielle, un risque de transmission sexuelle.

Pour plus d'informations : chikungunya  /  dengue  /  zika

Pourquoi et comment signaler ces maladies ?

La surveillance des cas humains de chikungunya, de dengue et de zika en France métropolitaine participe à l’objectif de prévention ou de limitation de l’instauration d’un cycle de transmission autochtone de ces virus. Elle est adaptée au risque vectoriel.

Déclaration obligatoire

Au niveau national , le chikungunya, la dengue et le zika sont des maladies à déclaration obligatoire.

Accédez aux fiches de notification : chikungunya  /  dengue  /  zika

Surveillance renforcée

Dans les départements de métropole où le moustique tigre est implanté, le plan ministériel anti-dissémination de la dengue, du chikungunya et du zika en métropole, prévoit un dispositif de surveillance renforcée de tous les cas suspects de dengue, de chikungunya et de zika pour des patients revenant de pays ou ces virus circulent.
En région Paca, tous les départements, sauf les Hautes-Alpes, sont concernés.
La surveillance renforcée est mise en place pendant la période d’activité du moustique : du 1er mai au 30 novembre.

La surveillance repose sur le signalement immédiat à la plateforme régionale de veille et d’urgences sanitaires de l’ARS, par les médecins cliniciens et les laboratoires :

  • des cas importés suspects de dengue, de chikungunya et de zika. En cas de suspicion, ce signalement à l’ARS est couplé à la demande du diagnostic biologique ;
  • des cas autochtones confirmés de dengue, de chikungunya et de zika.

Le signalement déclenche une enquête entomologique et, si nécessaire, des actions de lutte anti-vectorielle pour prévenir une transmission locale à partir de ces cas importés.

Modalités de signalement et diagnostic biologique

(en l'absence de circulation autochtone de dengue, chikungunya ou zika)

Affiche chikungunya dengue zika

Téléchargez le document en PDF

Zone de circulation des virus

Par définition, un cas importé est un cas suspect ou confirmé de chikungunya, de dengue ou de zika ayant séjourné en zone de circulation connue du virus dans les 15 jours précédant le début des symptômes.

Les zones de circulation de ces 3 virus sont relativement superposables : région intertropicale.

Zones de circulation du chikungunya, de zika et de la dengue dans le monde

Zones de circulation dengue
Dengue (OMS, 2014)
Zone de cirbulation chikungunya
Chikungunya (InVS, 2015)
Zone de circulation Zika
Zika (ECDC 2017)
Zones de circulation dengue
Dengue (OMS, 2014)
Zone de cirbulation chikungunya
Chikungunya (InVS, 2015)
Zone de circulation Zika
Zika (ECDC 2017)

Avis et fiches repères

Le Haut conseil de la santé publique a été amené à émettre des avis sur la stratégie de surveillance épidémiologique, de diagnostic, de prévention et à la prise en charge des patients atteints de Zika :

L'Institut national de prévention et d'éducation pour la santé (intégré depuis à Santé publique France) a élaboré des fiches repères pour les professionnels de santé :