Une agence, pour une meilleure santé

Les ressources humaines en santé

Article
La qualité et la sécurité des soins sont assurés par les professionnels de santé. C’est pourquoi l’ARS Paca attache une importance particulière à la gestion des ressources humaines en santé et à la mise en place d’une stratégie régionale adaptée à l’évolution des métiers et des aspirations des professionnels.
Corps de texte

Notre rôle ? Faire face aux problématiques de démographie médicale et de répartition des professionnels sur les territoires pour assurer l’accès aux soins, accompagner les différents modes d’exercice, l’évolution des métiers, des pratiques, des compétences et engager une politique de qualité de vie au travail pour les professionnels de santé.

Anticiper les évolutions démographiques

La région Paca est une des régions qui comptabilise le plus de professionnels de santé. Pourtant, ils ne sont pas répartis de manière homogène sur tout le territoire, ce qui fragilise les conditions d’accès aux soins.

L’importance des départs à la retraite se fait sentir, surtout dans les territoires les plus isolés. Dans le même temps, les aspirations des jeunes professionnels de santé changent. Ils sont attirés par d’autres modes d’exercice, d’autres lieux de vie, ce qui rend le renouvellement des professionnels plus compliqué.

Le rôle de l’ARS est de renforcer l’attractivité des professions de santé dans les zones sous-dotées.

L’ARS Paca contribue à la déclinaison de Ma santé 2022, plus particulièrement avec le dispositif des 400 médecins généralistes dans les territoires sous denses.

Elle participe à la mise en œuvre du service sanitaire et au développement du nouveau métier que constituent les infirmières de pratiques avancées.

Accompagner l’évolution des métiers et la transformation du système de santé

Le virage ambulatoire implique de nouvelles manières de travailler : les professionnels de l’hôpital et de la ville doivent se coordonner pour offrir des prises en charge sécurisées, organisées autour du domicile et de la médecine de proximité. Dans le même temps, la promotion de nouveaux modes d’exercice et de nouvelles pratiques permet d’améliorer les prises en charge et l’accès aux soins.

L’ARS soutient et finance des dispositifs d’aide à la reconversion et à la restructuration  des établissements mais également des dispositifs d’amélioration des conditions de travail : prévention des risques professionnels, prévention des violences hospitalières, acquisition de matériel ergonomiques, mise en place de baromètres sociaux.

Agir dès l’internat

L’objectif de l’ARS est de sensibiliser les internes :

  • aux aides et dispositifs qui facilite leur installation en médecine de ville ou en établissement de santé ;
  • sur les différents types de carrières possibles à l’issue de leur formation ;
  • sur les îlots de formation qui permettent aux internes en médecine générale de suivre leur troisième cycle en dehors des territoires de Marseille
  • à l’importance de la pluridisciplinarité dans la médecine de ville. 

Favoriser l’installation en zone sous-dotée

L’ARS souhaite également augmenter le nombre de bénéficiaires de contrats d’engagement de service public (CESP), permettant à des futurs médecins et chirurgiens dentistes de toucher une allocation de 1200€ / mois sous réserve qu’ils s’installent en zones d'intervention prioritaire ou zones d'actions complémentaires. En savoir plus

Créer des passerelles entre l’internat, l’installation, le salariat

La création de postes d’assistant à temps partagé permet de découvrir l’exercice libéral et l’exercice salarié tant au CHU qu’en CH pour offrir une activité diversifiée qui correspond aux aspirations des jeunes médecins. 45 postes seront financés en 2019.

Agir sur la formation pour préparer les professionnels de santé de demain

Dans quelques années, les métiers de santé et les carrières professionnelles seront davantage mixtes et diversifiées. Pour anticiper ces besoins, l’ARS s’engage dès la formation pour préparer les professionnels de santé de demain.

Travailler avec les universités pour anticiper les besoins de formation

Les modalités de formation doivent désormais :

  • préparer les professionnels de santé à intégrer les innovations scientifique et technologique ;
  • renforcer les compétences psychosociales et relationnelles ;
  • soutenir la pratique avancée ;
  • proposer des modalités de formation innovantes (e-learning, simulation, intelligence artificielle).

Préparer les étudiants à leur rôle d’acteur de santé publique

La mise en place du service sanitaire pour étudiant en santé permet d’intégrer la prévention et la promotion de la santé dès la formation initiale

Accompagner la réforme du 3ème cycle des études en médecine

La réforme du 3e cycle des études médicales prévoit un nouveau découpage des spécialités, des modalités d’acquisition de compétences et de connaissances progressives ainsi qu'une simplification du schéma général des études de la spécialité.

Dans ce cadre, l’ARS Paca gère en étroite collaboration avec les facultés et les Centres hospitaliers universitaires (CHU) les agréments des terrains de stage et l’organisation des choix des internes.

L’enjeu est de mettre en œuvre cette réforme en sauvegardant l’équilibre de la répartition des stages entre CHU et établissements périphériques.

Prendre soin de ceux qui soignent

L’ARS gère les questions statutaires relatives aux praticiens qui exercent dans les hôpitaux publics ainsi que les contrats d’activité libérale. Elle gère également le suivi statutaire de la fonction publique hospitalière et notamment les carrières des directeurs d’hôpitaux et peut être interpellée sur des questions juridiques de gouvernance ou de situations individuelles d’agents particulièrement complexes .

Exercer dans le domaine de la santé expose à des contraintes horaires et physiques et à une charge mentale et émotionnelle qui peut altérer la santé des soignants. Préserver la santé et le bien être de ceux qui nous soignent est donc essentiel.

L’ARS Paca mène des actions d’accompagnement et de soutien à l’amélioration de la qualité de vie au travail en partenariat avec les établissements, les unions régionales des professionnels de santé, la DIRECCTE et la CARSAT pour prévenir les situations à risque, les corriger et accompagner les professionnels de santé.