Une agence, pour une meilleure santé

Eaux de baignades

Article
Visuel
Image Source
Eaux de baignade
La qualité des eaux de baignade fait l’objet d’une surveillance sanitaire exercée sous la responsabilité du Ministère en charge de la santé. L'ARS Paca réalise pour le représentant de l’État dans la Région le contrôle sanitaire des eaux de baignades.
Corps de texte

La pratique des loisirs de l’eau comporte des risques dont les principaux sont la noyade et les infections liées à une eau de mauvaise qualité par contact cutané ou par ingestion.
Aussi, il est recommandé de se baigner dans des zones surveillées où le contrôle sanitaire donne ou indique des résultats satisfaisants.

Le contrôle sanitaire règlementaire, effectué par l’Agence régionale de santé durant la saison estivale, en application du code de la Santé publique et de directives européennes, comporte des analyses microbiologiques de l’eau et des relevés de paramètres physico-chimiques.

Il conduit en fin de saison à un classement des baignades en 4 catégories :

  • Eau de qualité excellente ;
  • Eau de bonne qualité ;
  • Eau de qualité suffisante ;
  • Eau de qualité insuffisante.

Pour la saison estivale 2016, la région PACA comptait 398 sites de baignades en eau de mer (dont 3 nouvelles baignades), 84 sites de baignades naturelles en eau douce (dont 5 nouvelles baignades) et 18 baignades artificielles en eau douce. Les nouvelles baignades ne disposant pas de suffisamment de données n’ont pas fait l’objet d’un classement. Les baignades artificielles en eau douce ne font pas l’objet d’un classement en l’état actuel de la réglementation.

En 2016, l’ARS Paca a réalisé 7 147 prélèvements et analyses.

Une seule baignade (Plage Bon voyage à Roquebrune-Cap-Martin (06)) ne disposait pas de suffisamment de prélèvements pour faire l’objet d’un classement en fin de saison.

388 sites de baignades présentaient une eau de qualité excellente, 58 une eau de bonne qualité et 20 une eau de qualité suffisante.

Sur l’ensemble de la région, 7 sites de baignade présentaient une qualité de l’eau insuffisante. Il s’agit de :

  • Le grand large à Cagnes-sur-Mer (06),
  • Nouveau palais à Cannes (06),
  • Lansberg à Saint-Laurent-du-Var (06),
  • Marinières à Villefranche-sur-Mer (06),
  • Saint-Jean à La Ciotat (13),
  • La Muie à Salernes (83)
  • et Pont Romain (Ouvèze) à Entrechaux (84).

L’objectif de la Directive européenne, qui fixait pour la fin de la saison 2015 une qualité d’eau au moins suffisante pour l’ensemble des eaux de baignade, n’est donc pas atteint en PACA. L’ARS PACA a initié un programme d’actions pour les 7 sites de baignade qui présentent une qualité d’eau insuffisante.

Les profils ont pour objectif  d'évaluer la vulnérabilité de chaque site avec l'inventaire et l'analyse des sources de risques pour la baignade (contamination bactériologique, chimique, le développement algal, présence de méduses, etc.) et de proposer un plan d'action pour réduire ces risques et un plan de gestion pour assurer la sécurité des usagers en situation de risques avérés.

Le profil consiste à identifier les sources de pollution susceptibles d’avoir un impact sur la qualité des eaux de baignade et d’affecter la santé des baigneurs et à définir, dans le cas où un risque de pollution est identifié, les mesures de gestion à mettre en oeuvre pour assurer la protection sanitaire de la population et des actions visant à supprimer ces sources de pollution.

Le décret du 18 septembre 2008 relatif à la gestion de la qualité des eaux de baignade et des piscines confie un certain nombre de responsabilités aux exploitants des baignades et aux maires.

L'ARS Paca a accompagné, sur la base d'un guide édicté par la Direction générale de la santé, la réalisation de 459 «profils» de baignade exigés des responsables publics et privés de baignades dans notre région (391 en eaux de mer et 68 en eaux douces).

Dans le cadre de la mise en œuvre de la nouvelle directive européenne du 15 février 2006 applicable aux baignades, un nouveau classement sanitaire des sites de baignade, sur la base de critères plus sensibles, est entré en vigueur à partir de la saison estivale 2013.

L’application de cette nouvelle directive entraine notamment un renforcement de l’information du public et apporte des modifications dans les modalités de  classement qui porteront non plus sur une seule saison mais sur 4 années de surveillance. L’accent est ainsi mis sur la prévention par une meilleure gestion des ouvertures et fermetures des plages lorsque les eaux de baignade  sont soumises à des risques de pollution. Pour atteindre cet objectif, des études de fond, dites « profil » des eaux de baignade, sont imposées aux gestionnaires des plages.

Ces profils correspondent à une identification de toutes les sources de pollutions susceptibles d’affecter la qualité des eaux de baignade et de présenter un risque pour la santé des baigneurs. Cette meilleure connaissance permettra d’une part, de programmer les travaux nécessaires à la mise à l’abri des plages vis-à-vis des pollutions, et d’autre part de gérer de manière plus fiable les fermetures temporaires préventives des plages et leurs réouvertures.

Une baignade artificielle est une baignade dont l’eau est maintenue captive, c’est-à-dire dont l’eau est séparée des eaux de surface ou des eaux souterraines par aménagement (bassins, barrages, piscines naturelles ou biologiques). On distingue 2 catégories de baignades artificielles : celles en système ouvert dont l’alimentation se fait exclusivement par de l’eau neuve non recyclée et celles en système fermé dont l’alimentation en eau est en tout ou partie recyclée.

L’ARS est en charge de la gestion du contrôle des baignades artificielles. A la différence des eaux de mer et des eaux douces, les eaux artificielles ne font pas l’objet d’un classement en l’état actuel de la réglementation.
 
En 2016, la région PACA comptait 18 baignades artificielles: 6 dans les Alpes-de-Haute-Provence, 8 dans les Hautes-Alpes, 3 dans les Alpes-Maritimes et 1 dans les Bouches-du-Rhône.

Les résultats du contrôle sanitaire en temps réel des points de baignade en France métropolitaine et Outre-Mer sont accessibles en un clic sur le site dédié du Ministère en charge de la santé : baignades.sante.gouv.fr

Vous y trouverez également une documentation détaillée sur l’organisation du contrôle sanitaire réglementaire des eaux de baignade, les synthèses nationales des années précédentes, des conseils et recommandations, la réglementation et les adresses utiles.

Sur la plage, hors de l’eau, il existe de nombreux risques pour la santé : les brûlures du soleil, la déshydratation, les malaises dûs à la chaleur, les allergies, les blessures avec des bris de verre, etc.

En suivant les conseils ci-dessous, vous pourrez profiter pleinement de la baignade, tout en réduisant les risques d'accident et en évitant de nombreux désagréments.

Noyade :

En mer comme en rivière, il est constaté annuellement un grand nombre de noyade aussi :

  • baignez-vous dans les secteurs surveillés et respectez les consignes locales de sécurité ;
  • apprenez à nager et accompagnez les enfants au bord de l'eau ;
  • ne surestimez jamais vos capacités physiques ;
  • évitez la baignade dans les 2 heures qui suivent un repas copieux ou une consommation d’alcool ;
  • entrez progressivement dans l'eau, surtout après une exposition prolongée au soleil, pour éviter toute hydrocution.

Chaleur, déshydratation et exposition au soleil excessive :

  • exposez-vous au soleil progressivement et raisonnablement ;
  • évitez de vous exposer aux heures les plus chaudes de la journée, entre 11h et 16h ;
  • utilisez des crèmes solaires protectrices, chapeaux et lunettes surtout pour les jeunes enfants et nourrissons.

Animaux venimeux :

Dans l'eau, prenez garde aux vives, méduses, raies et autres animaux venimeux. Ils peuvent provoquer des brûlures cutanées douloureuses. En cas de symptômes plus sévères ou pour toute information pratique, il est conseillé de se référer au centre de secours le plus proche ou d'appeler le centre 15 sans délai.

Algues toxiques : cas d'Ostreopsis ovata

Ostreopsis ovata est une algue microscopique unicellulaire, produisant une palytoxine, qui vit habituellement dans les eaux chaudes des mers tropicales. Elle appartient au groupe des dinoflagellés. Des conditions climatiques très favorables ont permis à Ostreopsis ovata de se développer sous nos latitudes et la mer Méditerranée est devenue un nouvel habitat naturel. L’habitat privilégié de cette algue microscopique, se situe à la périphérie des macroalgues (algues rouges et brunes) et des efflorescences d’Ostreopsis ovata surviennent naturellement en mer.

Propreté des sites de baignade :

Un sable qui n'est pas très propre peut être à l'origine d'affections dermatologiques. Utilisez une serviette pour vous allonger sur le sable si nécessaire et profitez des douches mises à votre disposition.

La plage est un espace public, gardez la propre en utilisant les poubelles pour les déchets et les installations sanitaires mises à votre disposition. N’emmenez pas d’animaux domestiques sur la plage, les plages sont souvent interdites aux animaux pendant la saison balnéaire.

Pêche à pied de coquillages :

Pour les amateurs de pêche à pied, ne ramassez pas les coquillages n'importe où. Renseignez-vous à la mairie ou auprès du service santé environnement de l'ARS de votre département, car des interdictions de ramassage peuvent être prises sur certains sites. Lorsque la pêche à pied est autorisée, veillez à garder les produits de votre pêche au frais et à les consommer rapidement.

Aller plus loin

Documents à télécharger

Liens utiles

Contact